Immobel, le Grand-Duc immobilier du Luxembourg

En construction, le projet Infinity comprend des tours de bureaux (à l’avant-plan) et à appartements (à l’arrière). 164 des 165 appartements sont déjà vendus et la livraison n’est prévue que pour la mi-2020.
En construction, le projet Infinity comprend des tours de bureaux (à l’avant-plan) et à appartements (à l’arrière). 164 des 165 appartements sont déjà vendus et la livraison n’est prévue que pour la mi-2020. - D.R.

Et un, et deux, et trois et quatre... Immobel a frappé un grand coup en annonçant non pas un mais quatre nouveaux projets au grand-duché de Luxembourg. Pour un total de 52.000 m2 à Luxembourg-Ville et sa proche périphérie, ce qui n’est pas rien quand on connaît la rareté des terrains (sans parler de leur coût...).

Si on les additionne aux projets qu’Immobel développe déjà en ce moment (dont le fameux Infinity Living, la première tour résidentielle du Grand-Duché), cela représente quelque 130.000 m2 de projets essentiellement résidentiels qui sont aujourd’hui en développement.

A proximité immédiate de la gare et du parc de Cessange, dans un quartier en pleine mutation, le développeur a racheté un terrain pour y construire un îlot résidentiel où prendront place une centaine de logements, ainsi que des bureaux et des commerces sur une surface de 10.000 m2.

Dans le quartier du Kirchberg, où la tour Infinity prend forme chaque jour un peu plus, Immobel vise le développement à plus long terme d’environ 22.600 m2 grâce à l’acquisition d’1,5 hectare de terrains situés en face de l’Ecope européenne. Intitulé « Langfuur », le nouveau quartier durable programmera quelque 360.000 m2 de nouvelles constructions, dont environ 2.700 logements, des commerces et des bureaux.

Situé sur une commune réputée calme et proche de la capitale, le projet « Mamer » visera quant à lui le développement de 13.800 m2 de surfaces résidentielles. « Nous prévoyons de développer un quartier à taille humaine qui offrira un ensemble cohérent de petites résidences et de maisons dans un cadre verdoyant », explique à ce sujet Olivier Bastin, le CEO d’Immobel Luxembourg.

Enfin, « Thomas » est le nom d’un immeuble de bureaux existant qu’Immobel a racheté à Luxembourg-Strassen. Loué à 95% avec des baux à long terme, le bâtiment sert avant tout au promoteur à diversifier ses activités vers la gestion d’actifs au Grand-Duché, même s’il sera redéveloppé à terme.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une plage près de Girona en Catalogne.

    Reconfinement en Espagne: un risque de coup de frein pour un secteur touristique fragilisé

  2. d-20180418-3LQ7JN 2020-07-03 11:36:02

    La Belgique, pays le plus touché par le coronavirus? Une comparaison fallacieuse

  3. Joe Biden et Kamala Harris lors d’un meeting de campagne à Détroit, le 9 mars dernier
: le futur «
ticket
» démocrate pour la présidentielle
?

    Joe Biden rêve toujours d'un ticket avec Michelle Obama

La chronique
  • Lettre d’Europe: la pandémie s’éloigne, les questions climatiques restent

    Que la pandémie s’éloigne effectivement ou que les Européens s’habituent simplement à vivre avec elle, une chose est sûre : la lutte contre le changement climatique et ses conséquences dévastatrices sur nos vies reste notre plus grand défi.

    À Bruxelles, la Pologne va trouver sur la table des négociations le problème du CO2 car certains pays de l’Union européenne veulent que le Fonds pour une transition juste (avec, à la clé, 8 milliards d’euros pour la Pologne) soit accordé uniquement si Varsovie adhère à l’objectif européen de neutralité carbone fixé à 2050. Si, en décembre dernier, le gouvernement polonais est parvenu à retarder la décision, de nombreuses capitales européennes veulent aujourd’hui subordonner l’accord budgétaire à une décision claire de la Pologne sur la politique climatique communautaire.

    Cracovie la plus polluée

    Pourquoi, en Pologne, où près de la moitié de la...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite