Hockey Pro League: les Red Lions face à l’Australie mercredi avant le Final Four

Hockey Pro League: les Red Lions face à l’Australie mercredi avant le Final Four
Belga

Pour leur avant-dernier match de la phase régulière de la Hockey Pro League, les Red Lions seront opposés mercredi (20h30) à l’Australie, 2e nation mondiale et leader de la compétition, une unité devant la Belgique. Le duel sera d’importance avec comme enjeu la première place finale avant le Final Four d’Amsterdam (28 et 30 juin) et une éventuelle esquive en demi-finales des Pays-Bas, probables troisièmes. Plus tôt dans la soirée (18h30), les Red Panthers, toujours 5èmes, tenteront de stopper leur spirale négative (0 point sur 15) face à la même nation australienne, 3e mondiale ainsi qu’au classement de la Pro League.

Les hommes de Shane McLeod, très en forme la semaine dernière avec deux succès probants en Allemagne (0-8) et contre la Nouvelle-Zélande à Anvers (4-0), avaient remporté le match aller contre les Kookaburras 1-4 à Melbourne, décrochant leur premier succès en match officiel en terre aussies. La Belgique utilisera ses quatre matchs de Pro League (Australie et Argentine, plus les deux rencontres du Final Four) pour surtout monter en puissance en vue de «son» Euro d’Anvers, fin août.

Mercredi, le staff technique belge devra se passer sur blessure des services de Nicolas De Kerpel (cheville) et Florent Van Aubel (doigt), tandis que Manu Stockbroekx, Augustin Meurmans et Nicolas Poncelet seront laissés au repos. Avec 25 unités en 12 rencontres, les Belges pointent à un point derrière l’Australie et sont assurés de leur place en demi-finales. Les Pays-Bas ((22 pts) et l’Argentine (20), respectivement 3e et 4e, se rencontrent également mercredi.

Pour les Red Panthers, 13e mondiales, qui avaient surpris à l’aller en s’imposant 1-2 à Melbourne lors de leur tournée océanienne, l’objectif sera de retrouver une fraîcheur qui leur a manqué lors de leurs deux dernières sorties. La semaine dernière, les joueuses de Niels Thijssen ont en effet laissé l’Allemagne et la Nouvelle-Zélande imposer leur main-mise chaque fois en fin de rencontre, s’inclinant 2-1 à Krefeld à 4 minutes du terme et 0-3 à Anvers face aux Black Sticks qu’elles avaient pourtant dominées en première mi-temps. L’équipe sera identique par rapport à celle qui a joué dimanche dernier contre les Néo-Zélandaises.

Red Lions et Red Panthers boucleront la phase régulière de cette première édition de Pro League dimanche en accueillant l’Argentine, toujours à Anvers (messieurs à 13h30 et dames à 15h30).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20190821-3VN7N4_high

    Reynders ou Onkelinx? La Belgique n’a plus beaucoup de temps pour désigner son candidat au poste de commissaire européen

  2. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  3. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite