CDH: Véronique Waroux règle ses comptes avec Dimitri Fourny

CDH: Véronique Waroux règle ses comptes avec Dimitri Fourny

L’ancienne députée wallonne Véronique Waroux a publié sur Facebook un message très critique à l’endroit de Dimitri Fourny, qui fut son chef de groupe au parlement wallon.

« Le Sanglier de Neufchâteau. Il se voyait ministre. Sera-t-il conseiller de l’opposition ? Il aura été le pire “chef” de ma carrière professionnelle. “Humanisme”  : kézaco ? Il m’a dégoûtée du parti, de la politique, de cette politique-là. À l’ancienne. J’ai été démolie. Ce qui m’enlève la compassion. J’apparaissais “idiote, imbécile” car je refusais de me fondre dans le “système politique majorité-opposition”. C’est qui l’idiot, l’imbécile en ces temps de changements essentiels ? Fournicator (ce n’est pas de moi, c’est une expression des travées du PW) s’est égaré dans son brillant destin. »

Le président du CDH, Maxime Prévot a réagi : « Tirer aujourd’hui sur l’ambulance n’est pas élégant. Véronique a probablement mal vécu son mandat parlementaire malgré son engagement sincère, et c’est dommage pour elle et nous, mais Dimitri a toujours loyalement défendu les positions collectivement arrêtées par le CDH. »

Sur le même sujet
PolitiqueCDH
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

  2. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  3. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite