Pour la FEB, il n’y a pas de marge pour de nouvelles ambitions climatiques

Photo de la Marche des jeunes pour le climat en mars dernier
Photo de la Marche des jeunes pour le climat en mars dernier - Pierre-Yves Thienpont

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) estime qu’il est possible d’atteindre les objectifs énergétiques et de réduction des gaz à effet de serre fixés pour 2030, mais « le chemin sera particulièrement ardu », a-t-elle lancé mercredi, à l’appui d’une étude effectuée par le Boston Consulting Group (BCG). Des « investissements considérables et une politique à long terme seront indispensables » pour y parvenir, a-t-elle affirmé.

D’ici 2030, la Belgique doit diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 35 % par rapport à 2005 dans les secteurs dits non ETS, à savoir les bâtiments, le transport, l’agriculture, les déchets, etc.

Les secteurs non ETS n’ont toutefois réalisé que très peu de progrès au cours des dernières années, et pour atteindre l’objectif de 35 % une réduction supplémentaire de 24 millions de tonnes de CO2 est nécessaire, souligne le Boston Consulting Group.

Selon l’étude commanditée par la FEB, tous secteurs confondus, y compris celui de l’industrie soumise à l’ETS (le système d’échange de quotas d’émission de l’UE), la Belgique pourrait réduire ses émissions de CO2 de 36 millions de tonnes d’ici 2030.

« A politique inchangée, il y aura déjà une réduction spontanée de 12 millions de tonnes de CO2 », souligne le rapport. La réduction additionnelle de 24 millions de tonnes requiert cependant des « leviers incertains » et des investissements considérables.

Les pistes envisagées

Parmi les pistes envisagées, le BCG cite une utilisation plus intensive de la biomasse et du gaz naturel, le stockage et le recyclage du CO2, le verdissement accéléré du parc automobile grâce aux véhicules électriques, la rénovation énergétique accélérée des bâtiments ou encore l’application de mesures de moindre envergure comme l’utilisation d’appareils ayant un meilleur rendement énergétique.

Leur mise en œuvre nécessiterait des investissements compris entre 25 et 35 milliards d’euros, soit un peu moins d’1 % du PIB sur base annuelle. Les besoins d’investissements seraient les plus élevés dans le secteur des bâtiments (de 12 à 18 milliards).

Pour la FEB, « il n’est pas exagéré de dire que la Belgique fait face à un défi énorme ». L’étude montre que d’importantes mesures seront nécessaires pour atteindre l’objectif fixé pour 2030. « Il est dès lors essentiel de relever le niveau de la politique climatique belge, en commençant par l’amélioration du projet de Plan National Energie-Climat, à ce jour insuffisamment cohérent, étayé et concret », plaide la fédération, qui représente plus de 50.000 entreprises en Belgique.

La FEB souligne par ailleurs « la nécessité d’une politique stable à long terme, opérant des choix mûrement réfléchis ». Pour elle, vouloir rehausser l’objectif de réduction des gaz à effet de serre au delà de 35 %, comme suggéré récemment, « n’est pas réaliste ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite