Un nombre record de Bruxellois ont déménagé en Flandre en 2018

Un nombre record de Bruxellois ont déménagé en Flandre en 2018

Pas moins de 21.700 Bruxellois ont déménagé en Flandre en 2018, ce qui constitue un record et 2,5 fois plus que le nombre de personnes ayant fait le chemin en sens inverse (8.611), rapporte mercredi Het Belang van Limburg sur base de chiffres analysés par le SPF Intérieur.

>Immobilier: première hausse réelle du prix des maisons en cinq ans

Outre les Bruxellois, 8.848 Wallons sont allés vivre au nord du pays en 2018. La Flandre a donc accueilli un total de 30.548 personnes, soit près de deux fois plus qu’elle n’en a perdues au profit d’une autre région (16.153). Il y a dix ans, le solde entre départs et arrivées n’atteignait que 6.617.

Avantages

Plusieurs facteurs peuvent expliquer le phénomène, selon la confédération des professions immobilières CIB Vlaanderen. Les habitants de communes huppées comme Woluwe, Watermael-Boitsfort ou Auderghem trouvent ainsi en périphérie bruxelloise flamande un terrain avantageux financièrement et efficacement relié à la capitale.

La concurrence fiscale entre régions pourrait également jouer un rôle. Mais il est peu probable que le recul, depuis le 1er juin 2018, des droits d’enregistrement d’une maison familiale à 7% en Flandre ait déjà eu un impact, selon CIB Vlaanderen.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Mercredi, trois Delhaize bruxellois, dont Veeweyde à Anderlecht, étaient restés fermés pour cause de protestation du personnel. Ils sont ouverts en ce jeudi de conclusion de paix sociale chez le Lion.

    Tension dans la grande distribution: un accord social chez Delhaize

  2. Evidemment, on peut encore sortir faire une promenade, d’autant qu’il fait beau. Mais il faut quand même rester beaucoup plus longtemps chez soi que d’habitude.

    Parents, enfants, gare au burn-out du confiné

  3. Bart De Wever devant les nouveaux locaux anversois de VTM, le 3 février dernier.

    «Visa pour la Flandre»: «Bart De Wever, blijf in uw kot»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite