Théâtre, cirque, arts de la rue: les festivals de l’été

«
Kiss & Cry
» au Festival au Carré.
« Kiss & Cry » au Festival au Carré.

Zomer van Antwerpen

Du 21 juin au 1er septembre à Anvers

Le festival souffle ses 25 bougies avec un programme toujours gargantuesque sur les bords de l’Escaut. Au rayon cirque, il y aura une nouvelle fois du bon monde venu de loin comme les Britanniques de NoFit State, ou encore Circus I love you et ses acrobates originaires de France, Finlande, Suède et Danemark. Sans oublier la nouvelle création des Flamands du Cirque Ronaldo : Swing, qui fait place à Nanosh, petit dernier de cette longue lignée de circassiens.

Esprit de Famille

Le 23 juin à la Roseraie (Uccle)

A Uccle, la Roseraie termine sa saison avec une journée festive et des spectacles pour toutes les tranches d’âges, en salle et en extérieur. On pourra notamment savourer du cirque, sous son nouveau chapiteau, avec One Shot  : un mât chinois, des balles, une planche, une perceuse, cinq haches, un micro et une guitare électrique, et puis deux artistes qui jouent à se faire peur. Mais aussi du théâtre jeune public avec les compagnies de la Casquette ou La Mattina.

Visueel Festival Visuel

Les 29 et 30 juin à Berchem-Sainte-Agathe

Le cirque et les arts de la rue s’articulent autour de divers lieux francophones et néerlandophones de Berchem-Sainte-Agathe. La langue n’y est plus une barrière puisque tous les artistes utilisent le langage universel, celui du corps. On vous conseille tout particulièrement Trip tout petit d’Audrey Dero, drôle d’agence de voyages où tout est minuscule. Sur un bureau, perforatrice, punaises, gomme, crayons et papier collant vous font décoller vers l’imaginaire.

Festival au Carré

Du 29 juin au 12 juillet à Mons

Pour ses 20 ans, le festival montois met les petits plats dans les grands. On pourra notamment y voir l’intégrale de la trilogie de Jaco Van Dormael et Michèle-Anne De Mey : Kiss & Cry + Cold Blood + Amor. Sans oublier un Roméo et Juliette décliné en série comme sur Netflix avec un Roméo qui parle français et une Juliette qui parle darija (dialecte arabe marocain) : 16 comédiens et 3 épisodes pour un Shakespeare revisité, à vivre en plein air. On retrouvera aussi les marionnettes de Natacha Belova, maîtresse en la matière, qui sculpte cette fois une adaptation de La Mouette de Tchékhov. Le Festival au Carré mettra aussi l’accent sur les jeunes artistes montois avec notamment Ma Pucelette de Laura Fautré ou encore Lutte des classes d’Ascanio Celestini avec Iacopo Bruno et Salomé Crickx. Sans oublier les concerts, de Mélanie De Biasio aux Innocents, en passant par des échappées cubaines, africaines ou américaines.

Théâtre à Modave

Du 4 au 21 juillet au château de Modave

La compagnie Lazzi poursuit son occupation estivale du château de Modave, en terre mosane, avec une adaptation de Madame Bovary . C’est Paul Emond qui a écrit cette version théâtralisée du roman de Flaubert, c’est Olivier Lenel qui en assurera la mise en scène et Olivier Thomas, la partie musicale. Sur le plateau par contre, on retrouve des habitués comme Pascale Vander Zypen ou Christian Dalimier. Une fois n’est pas coutume, le spectacle se jouera en plein air.

Vacances Théâtre

Du 5 au 14 juillet à Stavelot

L’Abbaye de Stavelot va faire le grand écart cet été entre Molière raconté par Francis Huster et Frédéric (Freddy Mercury), raconté par Jean-François Breuer. Mêmes contrastes réjouissants entre Bord de mer , récit d’une mère infanticide, et Formidable ! , one man show de Walter. Parmi nos coups de cœur, citons, Un homme si simple et L’avenir dure longtemps d’Angelo Bison (sur la folie), Un fait divers de Laure Chartier (sur le viol), ou Pourquoi Jessica a-t-elle quitté Brandon (sur les lanceurs d’alerte).

Bruxellons !

Du 11 juillet au 26 septembre au château du Karreveld (Molenbeek)

Pour son 20e anniversaire, ce festival, qui occupe le Château du Karreveld pendant tout l’été, propose une de ces comédies musicales dont il a fait sa spécialité. Après La mélodie du bonheur ou Sunset Boulevard , voici donc My Fair Lady , un classique du genre ! Mais ce n’est pas tout. Pour poursuivre dans la même veine, l’équipe molenbeekoise reprend aussi Vous avez dit Broadway ? de et par Antoine Guillaume, sorte de dictionnaire amoureux et chanté de la comédie musicale. Sur sa scène de plein air ou dans la grange, Bruxellons propose une myriade de spectacles parmi les pièces les plus acclamées des saisons passées. Pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu, il faudra rattraper La convivialité d’Arnaud Hoedt et Hervé Piron, spectacle sur l’orthographe qui a non seulement raflé de nombreux prix mais a aussi mis en branle une petite révolution au sein de la sacro-sainte langue française.

Cyrano de Bergerac

Du 16 juillet au 11 août dans les ruines de l’abbaye de Villers-la-Ville

« C’est un roc ! C’est un pic ! C’est un cap ! Que dis-je ? C’est une péninsule ! » Cette célèbre tirade du nez, vous pourrez une fois de plus la dire en chœur, cette fois au milieu des ruines de l’abbaye de Villers-la-Ville. Mis en scène par Thierry Debroux, ce Cyrano de Bergerac fera tinter son épée entre les murs de pierre du monument cistercien. C’est d’ailleurs Bernard Yerlès, popularisé par les séries télé françaises, qui endossera le rôle du mousquetaire gascon.

L’heureux élu

Du 18 juillet au 1er septembre dans les châteaux de Wallonie et de Bruxelles

Ceux qui ont aimé Nos femmes ou Les belles-sœurs aimeront cette autre pièce d’Eric Assous : L’heureux élu , comédie sur le politiquement correct et les limites de l’amour et de l’amitié. Charline est heureuse : elle va épouser l’homme de sa vie ! Avant de le présenter à ses meilleurs amis, elle précise qu’il est un peu spécial. En effet, il est beau, riche, raffiné mais il pense « différemment ». Une pièce mise en scène par Martine Willequet.

Royal Festival

Du 7 au 18 août à Spa

Sous l’impulsion d’Axel De Booseré, le Festival de Spa est devenu le « Royal Festival ». Cet été, cette nouvelle appellation tient franchement ses promesses avec un programme long comme un menu de fête à Buckingham ! Le focus cirque, tout d’abord, réunira le meilleur de la piste belge avec Fidelis Fortibus de Circus Ronaldo, Burning de Julien Fournier ou encore Strach a Fear Song de Patrick Masset. Au rayon théâtre, l’affiche est tout aussi gourmande. Pointons L.U.C.A. de et avec Hervé Guerrisi et Grégory Carnoli, notre gros coup de cœur de la saison. Mais il y aura aussi de l’humour avec Cécile Djunga ou Laurence Bibot, du théâtre gestuel avec l’ultra-romantique Joséphina de la compagnie Chaliwaté, des spectacles musicaux avec l’increvable et jazzy Wild Party ou encore Une vie sur mesure , un solo où la batterie donne le rythme du récit. Concerts, mentalisme, danse, jeune public, marionnettes spectacle déambulatoire : ce sera décidément royal !

Festival des Brigittines

Du 16 au 31 août aux Brigittines (Bruxelles)

Ce festival de formes scéniques contemporaines se décline cet été sous le thème « Libres comme demain nous l’apprendra ». On y découvrira des langages novateurs venus d’Espagne, du Canada, d’Italie, de Suisse, du Portugal, ou encore d’Israël. Univers insolites et formes singulières devraient ouvrir, en grand, tout grand, votre imaginaire. Parmi la douzaine de spectacles, la plupart sont des premières en Belgique.

Festival international des arts de la rue

Les 17 et 18 août à Chassepierre

Du beau monde viendra cette fois encore animer les rues du petit village gaumais. Comme d’habitude, des centaines d’artistes viendront des quatre coins du monde mais le festival réserve aussi une place de choix aux compagnies belges. On y retrouvera notamment Les P’tits Bras, Takapa, Not Pink Enough, Off Road, Daddy K7, Puur Lain, et autant d’autres noms qui promettent des univers délicieusement décalés.

Rue du Bocage

Les 24 et 25 août à Herve

Chaque année, la ville de Herve se mue en havre des arts de la rue. Cette année, le festival se déploie sur 10 espaces scéniques, avec 21 compagnies belges et internationales : acrobates, baladins, saltimbanques, clowns et bonimenteurs, tous sont professionnels. Théâtre pour enfants, spectacle explosif le soir, initiation et démonstrations de breakdance, danses africaines, djembé ou percussions japonaises : la fin de l’été sera chaude à Herve.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite