La dissolution du Parti Populaire votée à l’unanimité

La dissolution du Parti Populaire votée à l’unanimité

La direction du Parti Populaire (PP) a décidé à l’unanimité mardi de dissoudre le parti, annonce mercredi son président, Mischaël Modrikamen, lequel avait déjà annoncé il y a quelques semaines son retrait de la vie politique.

«Ce 18 juin 2019, j’ai proposé au Bureau politique du Parti Populaire de mettre un terme à nos activités. La dissolution du Parti a été votée à l’unanimité des membres présents et est dès lors effective ce jour», fait-il valoir dans un communiqué.

Laminé dans les urnes le 26 mai dernier, le PP avait échoué à décrocher un quelconque élu, victime notamment de la multiplication des petites formations à la droite du MR, dont les Listes Destexhe notamment.

Créé il y a près de dix ans par l’avocat d’affaires Mischaël Modrikamen, le PP avait réalisé son meilleur score électoral en 2014, lorsqu’il avait décroché un député à la Chambre, et un député wallon. Ce dernier avait toutefois rapidement quitté le PP pour divergences de vues.

Le PP tiendra ce dimanche une dernière réunion de ses militants pour «une rencontre fraternelle».

Le Peuple, le site d’informations du parti, continuera lui à vivre pour «poursuivre le débat d’idées et soutenir toute initiative légitime qui viendrait à éclore dans le futur», ajoute M. Modrikamen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite