David Goffin après son succès face à Radu Albot à Halle: «Je suis très content de la manière dont je me suis battu» (vidéo)

@News
@News

David Goffin (ATP 33) était satisfait, mercredi, de s’être qualifié pour les quarts de finale du tournoi ATP 500 sur gazon de Halle, doté de 2.081.830 euros. Le numéro 1 belge, 28 ans, s’est sorti une bonne épine du pied contre le Moldave Radu Albot (ATP 41), 29 ans, qu’il a battu 4-6, 6-4 et 6-3 après être passé tout près d’être mené un set et break.

« Ce n’était pas un match facile », a-t-il confié après sa victoire. « C’est la première fois que je jouais sur le court central. Le son de la balle est différent et il y a de l’ombre également. Il fallait s’adapter. Et puis, Albot jouait très bien dès le début du match. Mais je suis très content de la manière dont je me suis battu pour renverser la situation après le premier set. Mon service m’a beaucoup aidé pour rester dans le match (NdlR : 9 aces, 86 % gagnés derrière sa première balle) et prendre les petites opportunités à la fin du deuxième et au début du troisième. À l’arrivée, c’est une belle victoire. »

David Goffin attend désormais le vainqueur du match entre Alexander Zverev (ATP 5), tête de série N.2, et l’Américain Steve Johnson (ATP 76), qui se disputera ce jeudi. Avec son coach, le Suédois Thomas Johansson, le Liégeois a en tout cas un bon allié, puisque le Scandinave a gagné le tournoi de Halle en 2001.

« Thomas m’aide beaucoup sur le gazon. Il me montre notamment des choses au filet, ainsi qu’au service, comment jouer avec les effets, quelles zones toucher. En gros, comment être le plus efficace possible sur cette surface. J’ai eu deux bonnes victoires la semaine dernière à Rosmalen. Ici, je suis en quart de finale et je me sens de mieux en mieux. J’aime jouer sur gazon. C’est une courte période, mais c’est une bouffée d’oxygène après la terre battue », conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite