Le parlement fédéral s’installe ce jeudi: les députés francophones porteront un signe de résistance à l’extrême droite

Dries Van Langenhove. © Belga.
Dries Van Langenhove. © Belga.

La mise en place du Parlement fédéral ce jeudi après-midi s’annonce animée. L’arrivée en masse de députés d’extrême droite suscite la réprobation unanime des partis francophones. Renseignements pris, toutes les formations ont demandé à leurs députés de porter un signe distinctif d’opposition à l’extrême droite. « J’ai demandé à tous les députés libéraux francophones de porter le triangle rouge de résistance », annonce David Clarinval, chef de groupe MR. Ahmed Laaouej, son homologue au sein du Parti socialiste, annonce la même décision. « Chaque député portera le triangle. » Même initiative auprès du PTB et de Défi. De son côté, le CDH prévoit aussi de manifester son opposition. « Ce ne sera pas le triangle rouge, mais un signe clair qui manifestera le début des cinq années durant lesquelles nous combattrons l’extrême droite », dit Catherine Fonck. En guise de réplique, les députés Vlaams Belang arboreront, de leur côté, un badge avec le lion des Flandres, pour protester contre « la posture non démocratique et anti-flamande de certains partis. »

Mais les formations francophones espèrent être en mesure d’aller plus loin que cela. Elles souhaitent aussi que Dries Van Langenhove, député Vlaams Belang inculpé pour racisme, négationnisme et infractions aux lois sur le port d’armes, ne puisse pas monter à la tribune. Le règlement prévoit en fait que la première séance de la Chambre soit présidée par le plus ancien député, Patrick Dewael (VLD), assisté des deux plus jeunes, qui seront Mélissa Hanus (PS) et Dries Van Langenhove (VB).

Les formations francophones auraient souhaité que Van Langenhove ne puisse exercer ces fonctions. Renseignements pris par leurs soins auprès des juristes, ce serait enfreindre le règlement de la Chambre. Reste une solution de repli que Patrick Dewael envisage : ne pas recourir aux services de ses deux assistants et ne pas les appeler à monter à la tribune de la Chambre. Et si l’élu VB le fait spontanément ? Grand silence de nos interlocuteurs… Bref, la séance d’introduction risque d’être animée.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous