Accueil Culture Arts plastiques

Archives de l’État: un besoin pressant de place

Il manque au minimum 50 kilomètres de rayons pour permettre le stockage urgent des archives de l’État. La Belgique veut-elle perdre la mémoire ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Archiviste général du Royaume depuis bientôt quinze ans, Karel Velle est un homme rond, un réaliste qui ne cherche rien d’autre que le consensus. Même si « ses » Archives de l’État connaissent des difficultés budgétaires comme bien d’autres établissements scientifiques fédéraux (ESF), ne comptez pas sur lui pour critiquer le Selor ou la Régie des bâtiments. Jusqu’à présent, il est heureux du développement des archives délocalisées de Mons, Eupen ou Arlon, Bruges ou Anvers. Mais il a beau faire ses comptes : il lui manque à Bruxelles, au bas mot, 50.000 mètres de rayonnage linéaire pour stocker, avec une certaine urgence, de nouvelles archives. Par ailleurs, il est convaincu qu’il ne pourra pas payer la facture de chauffage 2019…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Les trésors aztèques au palais bruxellois de Charles Quint

Le Palais du Coudenberg accueille l’exposition « Curiosa ». L’artiste contemporaine Sabrina Montiel-Soto y propose une interprétation contemporaine des mystérieux trésors des Aztèques et de l’ancien palais bruxellois de Charles Quint.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs