Accueil Opinions Éditos

Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

Restent beaucoup d’autres pour qui cette question est, si pas taboue, totalement méconnue ou incomprise

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes et voté ces lois car c’est leur action qui nous permet soudain de poser des choix libres, de vivre des moments clés dans la sérénité et la légalité. Accompagnés des structures et des spécialistes dont ces lois ont provoqué la création et assuré le financement.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Coets Jean-jacques, jeudi 20 juin 2019, 22:46

    Vous avez entièrement raison, il y a une différence fondamentale entre "sexualité revendiquée" et "identité revendiquée". Les deux sont tout aussi respectable mais l'amalgame peut être néfaste !

  • Posté par GODFROID Thierry, jeudi 20 juin 2019, 19:52

    On essaie de nous faire croire que "les hommes et les femmes, cela n'existe pas" et que les femmes et les hommes sont parfaitement interchangeables. Et dans le même temps, les "progressistes" (qui ne sont en fait que des nihilistes décérébrés) nous expliquent qu'un homme a le DROIT de devenir femme. Et qu'il y aurait donc des caractéristiques "naturelles" de genre que les féministes nous disent uniquement imposées par le patriarcat. Quelque peu contradictoire ...

  • Posté par Coets Jean-jacques, jeudi 20 juin 2019, 22:27

    Monsieur, vous illustrez à merveille le besoin de cette pédagogie. Vous illustrez au plus profond le besoin crucial d'expliquer que la nature humaine demeure imparfaite, changeante, illusoire... Vos positions ; qui me semblent absurdes, improbables, nullissimes, incompréhensibles ; demeurent respectables en démocratie. Cependant, je ne vous autorise pas à qualifier les progressistes, dont je pense faire partie, de "nihilistes décérébrés". Ceci est une insulte à l'intelligence humaine, une insulte vis-à-vis de la tolérance, d'une insulte pour quiconque est confronté à un problème de genre. Il ne s'agit pas d'un droit collectif pour les hommes de devenir des femmes, mais du droit pour tout être humain qui ne se sent pas en phase avec le genre "indiqué" de revendiquer un autre "genre". C'est une question de respect de l'être humain pour ce qu'il revendique et non pour ce qu'il semble être. Ainsi, mais c'est juste un exemple, vous me semblez être un âne mais par tolérance je pourrais voir en vous quelque chose d'humain... Enfin, ce serait quand même un peu difficile !

  • Posté par Bayens Remi, jeudi 20 juin 2019, 16:39

    Quand abordera t'on le problème du sexe des anges ?

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 20 juin 2019, 13:21

    On peut le regretter, mais la biologie n'est pas démocratique.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs