Coupe du monde féminine: l’Angleterre assure, l’Argentine s’offre une remontada grâce à un penalty botté deux fois (vidéo)

@News
@News

L’Angleterre a dominé son sujet et le Japon (2-0) pour s’assurer la première place du groupe D, au Mondial 2019, en ayant pourtant largement fait tourner, mardi à Nice.

En patronnes. Grâce à un doublé d’Ellen White (14, 84), les « Lionesses » ont parfaitement préparé leur 8e de finale, dimanche (17h30) à Valenciennes, contre peut-être la Chine, voire le Cameroun, la Nouvelle-Zélande ou le Chili, en fonction de la répartition des meilleurs troisièmes de groupes. Deuxièmes, les Japonaises joueront mardi (21h00) à Rennes contre le vainqueur du groupe E, le Canada ou les Pays-Bas.

Cette fois, les coéquipières de la Lyonnaise Lucy Bronze n’ont pas gagné par l’écart le plus court, comme contre l’Écosse (2-1) et l’Argentine (1-0), où elles avaient déjà mieux maîtrisé leurs adversaires que ne l’indiquait le score. L’Angleterre a fière allure, avec de la variété dans ses attaques, des bonnes frappeuses comme Georgia Stanway, et une défense solide autour de Steph Houghton, qui a contenu les offensives japonaises.

L’équipe est d’autant plus complète que Phil Neville dispose d’un effectif impressionnant : il avait changé huit joueuses par rapport à l’Argentine sans faire baisser le niveau de jeu. Les Anglaises ont du banc, et du coffre, elles ont aussi dominé les Japonaises physiquement, aidées par la fraîcheur offerte par le roulement opéré par le sélectionneur. Neville avait notamment changé toute sa ligne d’attaque, la perle Nikita Parris n’est entrée que pour les dix dernières minutes.

Cette fois, Ellen White était en haut de l’affiche. Elle a d’abord marqué sur un beau travail de Georgia Stanway en pivot, qui lui a libéré le ballon pour la lancer vers un duel gagné avec Ayaka Yamashita. La gardienne japonaise a arrêté presque toutes les autres tentatives. Elle a d’abord empêché coup sur coup le 2-0 en détournant des tirs de Jill Scott (18) et Stanway (19). Puis elle a encore brillé face à Rachel Daly (34) et Toni Duggan (59). Mais elle s’est inclinée sur une nouvelle frappe de White.

Les championnes du monde 2011 et vice-championnes en 2015 avaient pourtant tiré les premières, un beau coup franc de Kumi Yokoyama (9), mais ensuite elles ont buté sur l’arrière-garde anglaise. Elles ont revu le ballon dans la dernière demi-heure, après l’entrée pleine de nerfs de Yuika Sugasawa, qui a eu plusieurs occasions (66, 83). Les Japonaises n’ont pas pu adoucir leur défaite, Karen Bardsley a gagné un face-à-face difficile avec Saori Takarada (90+1). Dans cette équipe d’Angleterre, même la gardienne est forte.

Une fin de match incroyable

Dans l’autre rencontre de la poule D, l’Ecosse s’est faite remonter brutalement en un quart d’heure par l’Argentine (3-3). Les Britanniques avaient ouvert le score via Kim Little (19e) avant d’enfoncer le clou grâce à Jennifer Beattie (49e) et Erin Cuthbert (69e). Un but de Milagros Menendez (74e) a relancé les Sud-Américaines qui ont encore marqué deux fois grâce à un but contre son camp de Lee Alexander (79e) et à un penalty de Florencia Bonsegundo (90e+4). Un penalty botté deux fois, d’ailleurs…

L’Argentine est troisième du groupe avec 2 points et est pour le moment qualifiée pour les huitièmes en tant que 4e meilleure troisième. Pour sortir de la phase de poules, les Argentines devront absolument compter sur les partages entre le Cameroun et la Nouvelle-Zélande et entre le Chili et la Thaïlande. Ces deux rencontres sont programmées jeudi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • SERAING, 03/08/2002
MATCH AMICAL STANDARD DE LIEGE - BORUSSIA MONCHENGLADBACH/VRIENDSCHAPPELIJKE WEDSTRIJD STANDARD LUIK - BORUSSIA MONCHENGLADBACH
MICHEL PREUD'HOMME & ROBERT WASEIGE
PICTURE BY NICO VEREECKEN
©PHOTO NEWS
<a href=http://www.photonews.be>www.photonews.be</a>

    Par Frédéric Larsimont

    Football belge

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

  • Par Yves Motte dit Fallize

    Football belge

    Robert Waseige en photos

    L’ancien sélectionneur national est décédé ce mercredi 17 juillet. Il a traversé 50 ans de football avec la même passion.

  • Le cœur de Robert Waseige a lâché, ce mercredi en milieu de matinée, au terme d’un âpre combat qui avait nécessité une hospitalisation prolongée.

    Par Christian Raspiller

    Football belge

    Robert Waseige, le mage de Rocourt, est décédé

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite