«Pas besoin de me tacler»: Khattabi s’explique sur son choix de ne pas prêter serment devant le Vlaams Belang

Zakia Khattabi
Zakia Khattabi - Hatim Kaghat

La co-présidente d’Ecolo, Zakia Khattabi, élue à la Chambre des représentants le 26 mai n’entend pas prêter serment ce jeudi si Dries Van Langenhove, le député Vlaams Belang, est maintenu dans ses fonctions d’assistant du président de la Chambre.

Ce jeudi matin, la co-présidente d’Ecolo a tenu à s’expliquer plus longuement sur son choix. Sur sa page Facebook, Zakia Khattabi écrit : « La politique est avant tout histoire de convictions. En 10 ans j’ai été confrontée comme députée à 3 cas de ‘conscience’. Dans des registres différents, mais en écho avec mon ‘militantisme de base’, j’ai à chaque fois réagi en mon âme et conscience. J’ai ainsi depuis la majorité refusé de voter l’examen d’entrée en médecine (je milite pour la démocratisation de la réussite), le traité budgétaire (l’austérité se fait sur le dos des mêmes et des générations futures en empêchant des investissements) et ce 20 juin je refuserai de prêter serment devant un représentant du belang (suis une militante féministe, antiraciste de longue date). Aucun calcul, pas de show juste la fidélité aux convictions qui fondent mon engagement politique. Je ne demande à personne de comprendre ou de valider, juste de respecter ».

► Le parlement fédéral s’installe ce jeudi : les députés francophones porteront un signe de résistance à l’extrême droite

Son message a été retweeté avec le message suivant : « Pas besoin de me ‘tacler’ ». Réponse que Zakia Khattabi adresse aux personnes qui ne la soutiennent pas dans cette décision.

« Mardi j’ai donc interpellé mes collègues pour écarter le vice-président du belang de sa fonction pour la prestation de serment de telle sorte que personne n’ait à le faire. Je constate, avec satisfaction et soulagement, que depuis des partis me rejoignent et que des discussions sont toujours en cours pour trouver une solution. À suivre donc », conclut-elle.

Ahmed Laaouej (PS) critique sa décision

Ahmed Laaouej, le chef de groupe PS à la Chambre a réagi à cette information. « Je laisse à Mme Khattabi la responsabilité de son attitude mais je pense que c’est un mauvais choix parce que nous ne prêtons pas serment dans les mains de l’extrême droite. Il ne faut pas laisser l’extrême droite confisquer le Parlement. Il faut être présent et le premier acte de résistance c’est précisément cette prestation de serment qui rappellera que le parlement est une institution démocratique qui porte des valeurs fondamentales. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous