Installation de la Chambre: les 150 députés ont prêté serment

Installation de la Chambre: les 150 députés ont prêté serment

Les 150 députés de la Chambre ont prêté serment jeudi. Ils ont à tour de rôle répété : « je jure d’observer la Constitution », que ce soit en français, en néerlandais ou en allemand, et parfois dans les deux, voire trois langues.

Dans la circonscription de Bruxelles, la première langue choisie détermine le rôle linguistique auquel appartiendra le député. Pour la première fois depuis la scission de Bruxelles-Hal-Vilvorde, deux élues flamandes représenteront la capitale. Tinne Van der Straeten (Ecolo) et Maria Vindevoghel (PTB-PvdA) ont prêté serment d’abord en néerlandais.

Le groupe linguistique flamand comptera donc 89 députés au lieu de 87 sous la législature précédente.

L’élue communiste a créé un petit incident. Issue d’une liste bilingue, Mme Vindevoghel a énoncé une formule mêlant le néerlandais et le français. Rappelée à l’ordre par le président, Patrick Dewael, elle a fini par prêter serment d’abord en néerlandais.

M. Dewael a présidé la séance depuis son banc, comme il l’avait annoncé à l’ouverture de la séance. Il a de la sorte évité tout incident lié à la présence du jeune élu d’extrême-droite au perchoir de l’assemblée, Dries Van Langenhove (VB). Zakia Khattabi, a donc finalement décidé de prêter serment.

La Chambre a reporté à la prochaine séance la désignation d’un Bureau et donc d’un président.

Nos informations en direct

Le direct sur mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

  3. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite