Le ministère public veut la fin des assises et plus de moyens pour la justice

Le ministre de la Justice, Koen Geens
Le ministre de la Justice, Koen Geens - Photo News

Le ministère public a préconisé jeudi dans son Livre blanc pour 2025 la suppression des cours d’assises en Belgique par une modification de la Constitution, ainsi que l’adaptation des dispositions relatives à la prescription et la fin de « l’inflation législative » en matière judiciaire. Ce Livre blanc, présenté par les procureurs généraux Christian De Valkeneer et Erwin Dernicourt, réclame aussi davantage de moyens humains pour la justice, une meilleure infrastructure informatique et des bâtiments plus modernes.

Le document liste une série de défis et d’objectifs pour les prochaines années en matière de justice en y apportant une série de propositions concrètes. De cette manière, le ministère public dit vouloir renforcer le sentiment de sécurité des Belges, accélérer le travail de la justice et mieux lutter contre le crime organisé.

Pour y parvenir, il convient, selon le ministère public, d’adapter les procédures pénales et prévoir un financement suffisant. Celui-ci propose aussi de revoir les règles de prescription. « Nous ne voulons pas supprimer tout bonnement la prescription, mais nous proposons que le décompte du délai soit arrêté dès que l’affaire passe en instance », selon le procureur général Erwin Dernicourt.

Moderniser les bâtiments

Le ministère public réclame également la suppression des procès d’assises. Selon M. De Valkeneer, le « projet-pilote » de correctionnalisation des assises lancé par le ministre Koen Geens fut « positif », selon lui, même s’il a été annulé par la Cour Constitutionnelle en 2017. Pour le procureur, la réforme pourrait être ressuscitée en changeant à présent la Constitution.

Outre un renfort du personnel au cadre, ainsi que du matériel informatique plus moderne, le ministère public veut aussi une intervention urgente pour moderniser les bâtiments à disposition de la justice. « Nous ne demandons pas de luxe ou du marbre partout, mais une infrastructure adaptée. Pas seulement pour le bien de notre personnel, mais aussi pour améliorer le service au public ».

L’État a (déjà) été condamné pour le manque de moyens de la justice

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite