Patrick Dewael a présidé la Chambre depuis son banc: «J’ai voulu créer un effet de surprise»

Patrick Dewael a présidé la séance depuis son banc, évitant de la sorte tout incident lié à la présence du jeune élu d’extrême-droite au perchoir de l’assemblée, Dries Van Langenhove.
Patrick Dewael a présidé la séance depuis son banc, évitant de la sorte tout incident lié à la présence du jeune élu d’extrême-droite au perchoir de l’assemblée, Dries Van Langenhove. - Belga

Patrick Dewael (Open VLD) a décidé de présider la séance d’installation de la Chambre depuis son banc. En qualité de député le plus ancien, il appartenait au libéral flamand de présider la séance d’installation, étant donné que l’ancien président, Siegfried Bracke, n’a pas été réélu.

► Les 150 députés fédéraux ont prêté serment

Traditionnellement, le président prend place au perchoir et est flanqué pour cette première séance des deux députés les plus jeunes, soit Melissa Hanus (PS) et Dries Van Langenhove (Vlaams Belang). La présence du second, fondateur du mouvement d’extrême-droite Schild&Vrienden, au perchoir de la Chambre avait suscité une vive polémique. Pour y couper court, Dewael avait décidé de ne pas s’installer dans le fauteuil du président en attendant la désignation par l’assemblée d’un président. Le perchoir est donc resté vide et les deux assistants n’ont pas quitté leur banc.

Comment avez-vous vécu ce moment ?

Comme un président, mais à une place un peu inhabituelle. Comme il n’y a pas de président de la chambre élu, je suis resté à ma place. Bon cela n’a pas été des plus confortables, mais je suis content.

Vous y avez beaucoup réfléchi ?

Oui, la nuit. C’est propice à la réflexion.

Pourquoi n’êtes-vous pas monté à la tribune ?

Je me suis dit que c’était la meilleure solution. J’ai appris que le Vlaams Belang voulait absolument monter pour faire une déclaration. Et que d’autre part, une telle intention était considérée comme une provocation par d’autres. Et je me suis dit qu’en restant à ma place et en demandant à chacun d’en faire autant, c’était bien. Je n’en ai parlé à personne avant. J’ai voulu créer un effet de surprise. C’est conforme au règlement. Il ne fallait pas enfreindre le règlement, mais je pouvais agir comme je l’ai fait sans le violer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite