Charline Van Snick aux Jeux Européens: «Je veux toujours aller plus loin»

@Belga
@Belga

Charline Van Snick, championne d’Europe 2015 à l’occasion des premiers Jeux Européens à Bakou, sera samedi matin la première des douze judokas belges à fouler les tatamis de la Chizhovka Arena à Minsk pour la seconde édition des Jeux Européens. « J’ai constamment le même objectif : faire de mieux en mieux et me dépasser, toujours aller chercher plus loin », a déclaré Van Snick jeudi en conférence de presse.

« Qu’importe la compétition, je veux sans cesse m’améliorer personnellement. C’est un travail sans fin », a ajouté la Belge de 28 ans, double championne d’Europe en moins de 48 kg (2015 et 2016) et active depuis la fin des Jeux 2016 en moins de 52 kg.

Malgré quelques petits pépins physiques ces derniers mois, celle qui habite Paris reste résolument confiante, notamment grâce à sa préparation mentale. « Dans le judo, la performance est multifactorielle. Beaucoup de choses peuvent entrer en compte, le physique comme le mental. Je fais d’ailleurs de l’auto-hypnose et de la relaxation. J’essaie d’avoir des lectures inspirantes, de faire des choses pour me détendre et me concentrer sur la compétition », a expliqué Van Snick au village des athlètes de la capitale biélorusse.

Malgré tout, Van Snick a avoué que la perte de poids a été particulièrement difficile cette fois-ci. « J’espère que cela n’aura pas de conséquences négatives sur ma forme du jour », insistant sur le travail primordial de récupération après la pesée. « Mon corps paie peut-être les conséquences de dix ans de régime », a ajouté Van Snick, dont le palmarès renseigne une troisième place aux JO 2012 à Londres, cinq médailles continentales, dont deux titres, une victoire en Grand Chelem et huit en Grand Prix.

La Liégeoise jettera un coup d’œil au tirage au sort effectué vendredi, ne fût-ce que pour avoir une idée de son quart, « afin de faire un peu de visualisation, rentrer dans ma compétition, mettre un visage sur mon adversaire et regarder certains de ses combats ».

Avec une compétition qui débute dès samedi matin, Van Snick ne pourra pas assister vendredi soir à la cérémonie d’ouverture au stade Dinamo, rénové pour l’occasion. « C’est l’histoire de ma vie ça », a-t-elle rigolé, expliquant qu’elle n’a jamais assisté à une seule cérémonie d’ouverture. « C’est la cinquième fois que ça m’arrive après une Universiade, deux Jeux Olympiques et deux Jeux Européens. Je vais manquer un beau spectacle mais il faut se concentrer sur la compétition. Le plus important c’est évidemment d’être en forme pour combattre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite