Travailler plus de 10 heures par jour de façon prolongée expose au risque d’AVC, selon une étude

Une étude montre que des journées de travail de plus de 10 heures par jour expose à la longue au risque d’AVC
Une étude montre que des journées de travail de plus de 10 heures par jour expose à la longue au risque d’AVC - D.R

Travailler plus de dix heures par jour de façon prolongée, au moins cinquante jours par an, est associé à un risque d’AVC supérieur à celui encouru en travaillant moins, selon une étude. Le risque d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) apparaît doublé chez ceux qui ont été exposés pendant au moins dix ans à un travail prolongé, selon l’étude parue jeudi dans le journal spécialisé Stroke, revue de l’American Heart Association.

L’étude sur l’association entre-temps de travail prolongé et risque d’AVC a été réalisée par une équipe française et s’appuie sur les données de la cohorte Constances (sur l’âge, le sexe, le temps de travail et le fait de fumer ou non) qui regroupe 200.000 personnes âgées de 18 à 69 ans consultant des centres d’examens de santé. Sur les plus de 140.000 patients retenus, 0,9 % ont rapporté un AVC, 29,6 % (42.542) des temps de travail prolongés et 10,1 % (14.481) des temps de travail prolongés sur plus de dix ans, indique l’Assistance Publique des hôpitaux de Paris dans un communiqué.

La notion de temps de travail prolongé a été définie comme étant de dix heures minimum par jour pendant au moins 50 jours par an. Ainsi, le temps de travail prolongé a été associé à un risque de survenue d’AVC 29 % plus important dans la population concernée que dans celle travaillant moins, selon l’AP-HP.

L’étude ne permet pas de conclure à un lien de causalité. Néanmoins, elle montre « une association significative » entre risque de survenue d’AVC et temps de travail prolongé sur une période égale ou supérieure à dix ans et confirme ainsi les conclusions d’une méta-analyse (analyse d’une série d’études, ndlr), publiée en 2015 dans la revue médicale The Lancet, sur l’excès de risque d’AVC lié à un travail prolongé.

Comment dire à votre patron que vous avez trop de travail?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite