Turquie: 151 peines de prison à vie dans le procès des meneurs du putsch manqué

Le président turc Tayyip Erdogan
Le président turc Tayyip Erdogan - Reuters

Un tribunal turc a condamné jeudi à la prison à vie un total de 151 personnes à l’issue de l’un des principaux procès du putsch manqué de 2016, qui a été suivi de purges d’une ampleur sans précédent dans le pays. Parmi elles, 128 ont été condamnées à des peines de prison à vie aggravées et 23 à des peines de prison à vie, notamment pour « tentative de renversement de l’ordre constitutionnel », assassinat et tentative d’assassinat, a précisé l’agence privée DHA.

Trente-trois personnes ont été relaxées et 27 ont écopé de peines de prison allant jusqu’à 20 ans de prison notamment pour « appartenance à une organisation terroriste », selon DHA.

D’après l’agence, les dossiers de 13 accusés, dont le prédicateur Fethullah Gülen accusé par Ankara d’être le cerveau du putsch manqué contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, ont été dissociés.

En tout, 224 personnes, dont une vingtaine d’anciens généraux, étaient jugées au cours de ce procès, l’un des principaux portant sur ce putsch manqué de juillet 2016. Parmi elles, 176 comparaissaient en détention provisoire, 35 libres et 13 étaient jugées in absentia.

Un ancien chef de l’armée de l’air, Akin Öztürk, et l’ex-aide de camp de M. Erdogan, Ali Yazici, font partie des personnes condamnées à la prison à vie, selon DHA. Le ministre de la Justice, Abdülhamit Gül, s’est félicité de ces condamnations, saluant « l’exemplarité » de la justice turque. L’audience s’est tenue dans la prison de Sincan, où une immense salle a été construite spécialement pour accueillir les procès géants liés au putsch manqué.

Notre dossier sur le coup d’Etat en Turquie

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite