Mondial féminin: les Pays-Bas battent le Canada et finissent premières de leur groupe

@News
@News

Les Pays-Bas ont dominé le Canada 2 à 1 pour s’emparer de la première place du groupe E, jeudi à Reims, en match de la 3e journée du Mondial féminin, les deux équipes étant déjà qualifiées pour les huitièmes de finale.

Anouk Dekker, défenseure centrale de Montpellier, a ouvert le score à la 54e minute.

La capitaine Christine Sinclair a égalisé pour le Canada à la 60e avant que la victoire des Oranje soit scellée par l’attaquante Lineth Beerensteyn quinze minutes plus tard.

Les Néerlandaises vont rencontrer en huitièmes de finale mardi à Paris le Japon, pour une affiche très prometteuse. L’occasion pour les Pays-Bas de prendre leur revanche sur les Japonaises qui les avaient battues (2-1) en 8es de finale il y a quatre ans.

Les Canadiennes seront, elles, opposées à l’équipe qui terminera 2e dans le groupe F : soit la Suède, soit les Etats-Unis, qui s’affrontent ce jeudi soir.

Vainqueur in extremis 2-1 du Canada précisément, éliminé jeudi à Montpellier, le Cameroun a arraché au bout du suspense son ticket pour les huitièmes de finale. À l’ultime seconde en effet, Nchout Njoya a marqué un but salvateur (90e+5) pour les Camerounaises à la suite d’une série de dribbles déroutants.

A la 57e minute, c’était déjà Ajara Nchout Njoya avait donné l’avantage aux Lionnes Indomptables, éliminées en huitièmes de finale en 2015 pour leur première participation au Mondial.

Mais, à la 80e, le grossier but contre son camp de la Dijonnaise Aurelle Awona, qui manquait complètement son dégagement et trompait sa gardienne, avait semblé doucher les espoirs de ses coéquipières. C’était sans compter Nchout Njoya.

Le résultat est mérité pour les Camerounaises, qui ont globalement dominé les débats, et terminent donc dans les quatre meilleurs troisièmes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite