Chanel organise un hommage à Karl Lagerfeld au Grand Palais à Paris (photos)

Actuellement se déroule à Paris la semaine de prêt-à-porter hommes, lors de laquelle un hommage à Karl Lagerfeld, disparu en février, a été organisé jeudi au Grand Palais. Un lieu choisi pour avoir accueilli les défilés féeriques que le créateur avait signés pour Chanel.

Conformément à ses volontés, le créateur a été incinéré dans l’intimité et aucune cérémonie religieuse ni hommage populaire n’ont été organisés après sa mort le 19 février à 85 ans. Le 5 mars, le premier défilé Chanel organisé après sa disparition, sous la verrière du Grand Palais, a débuté par une minute de silence et s’est terminé par une ovation debout, et des larmes pour une partie des fans du géant de la mode.

« L’homme de la Renaissance »

« Cet événement unique met en lumière l’héritage de l’artiste et sa créativité sans précédent qui s’étend bien au-delà de la mode et inclut le design, la photographie, l’édition, l’illustration », soulignent les trois maisons dont il a été le directeur artistique qui organisent l’événement. De nombreuses personnalités venues du monde entier ont assisté à cette célébration.

« L’homme de la Renaissance » a été célébré à travers « un patchwork de vidéos réalisées tout au long de sa vie, où s’entremêlent plusieurs courtes interviews des nombreuses personnalités qui lui étaient proches », a expliqué le metteur en scène canadien Robert Carsen chargé de concevoir cet événement.

Un hommage qui s’est déroulé avec « la contribution d’acteurs, de musiciens et de danseurs dont il admirait le travail » et qui « ont interprété une partie de la musique et de la littérature qu’il a tant aimées », a-t-il ajouté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Bloemen

    Le vrai ou faux: en haute couture, la mode est-elle too much?

  • Une skateuse d’Issey Miyake.

    Par Julie Huon, depuis Paris

    Mode

    Histoire du défilé de mode: le show des sirènes

  • _FRE0401

    Mode: Dior explose le plafond de vert

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite