Meilleure performance mondiale de la saison à la hauteur pour Lasitskene

@News
@News

La Russe Mariya Lasitskene a dominé le saut en hauteur jeudi lors de la réunion de World Challenge à Ostrava, avec un saut à 2m06, soit la meilleure performance mondiale de la saison.

Avant de franchir la barre à cette hauteur, Lasitskene avait déjà une fois amélioré, avec un saut à 2m03, sa meilleure performance précédente de 2m02, réalisée le 16 juin à Chorzow en Pologne.

La double championne du monde a ensuite essayé à trois reprises d’établir un nouveau record du monde avec la barre à 2m10, sans succès.

Le record du monde (2m09) est détenue par la Bulgare Stefka Kostadinova, depuis le 30 avril 1987.

Lasitskene, qui a ainsi égalé sa meilleure performance personnelle, a devancé l’athlète biélorusse Karina Taranda (1m98) et l’Australienne Nicola McDermott (1m96).

Lasitskene fait partie des athlètes russes autorisés à disputer des compétitions internationales sous drapeau neutre, alors que sa fédération est suspendue depuis novembre 2015 à la suite d’un vaste scandale de dopage.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite