Andy Murray victorieux en double pour son retour à la compétition au Queen’s

@EPA
@EPA

Associé à l’Espagnol Feliciano Lopez, Andy Murray s’est imposé au premier tour du double au tournoi ATP du Queen’s, épreuve sur gazon dotée de 2.081.830 euros, jeudi à Londres. Le double vainqueur de Wimbledon a ainsi réussi son retour à la compétition après six mois d’absence.

Andy Murray et Feliciano Lopez se sont imposés face à la première paire tête de série composée des Colombiens Juan Sebastian Cabal et Robert Farah, classés à la cinquième place mondiale en double, 7-6 (7/5) et 6-3.

L’Ecossais, 32 ans, n’avait plus joué depuis l’Open d’Australie en raison de ses soucis à la hanche, évoquant même la fin de sa carrière après une opération en début d’année.

« C’était super. Je me suis bien amusé », a réagi Murray au micro de la BBC. « J’étais un peu lent au début, mais après ça a été mieux à mesure que le match avançait. J’ai aimé pouvoir rejouer au tennis. Je me sentais plutôt relax aujourd’hui. Puis après, de plus en plus nerveux, mais c’est ce que vous voulez quand vous jouez au tennis. »

Andy Murray, lauréat de trois tournois du Grand Chelem (Wimbledon en 2013 et 2016, l’US Open en 2012), n’a pas encore évoqué une reprise en simple. « Mon but est toujours de revenir en simple. Nous avons discuté avec mon équipe du meilleur moyen de revenir sur les courts en simple et nous pensions que le double serait une bonne option pour me tester et voir comment je me sens », avait expliqué le Britannique, redescendu à la 215e place mondiale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. 19 décembre 1998, Bill Clinton s’exprime après la décision de la Chambre des représentants d’enclencher une procédure d’impeachment contre lui.

    Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite