L’Iran affirme que le drone américain abattu «a violé son espace aérien»

Le ministre des Affaires étrangères iranien a publié sur Twitter les coordonnées de l’endroit ou l’appareil a été descendu
Le ministre des Affaires étrangères iranien a publié sur Twitter les coordonnées de l’endroit ou l’appareil a été descendu - Capture Twitter

Le drone américain abattu jeudi par l’Iran « a violé l’espace aérien iranien », affirme le ministre des Affaires étrangères iranien sur Twitter en publiant les coordonnées de l’endroit ou l’appareil a été descendu, selon Téhéran. Le drone « a été touché à 4h05 mercredi par 25º59’43 » [de latitude Nord et] 57º02’25 « [de longitude Est] », écrit Mohammad Javad Zarif.

L’Iran a abattu jeudi un drone américain qui se trouvait selon lui dans son espace aérien, et prévenu que la violation de ses frontières constituait une « ligne rouge », sur fond de tensions croissantes entre Téhéran et Washington.

Les Etats-Unis ont confirmé que les forces iraniennes avaient abattu un drone de surveillance de l’US Navy mais assuré qu’il se trouvait « dans l’espace aérien international » et a dénoncé une « attaque injustifiée ». Le président américain Donald Trump a estimé que l’Iran avait fait « une énorme erreur »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite