Des chercheurs testent l’honnêteté de milliers de personnes grâce à des portefeuilles «perdus»

Les portefeuilles contenant de l’argent sont plus souvent rendus
Les portefeuilles contenant de l’argent sont plus souvent rendus - D.R

L’honnêteté a beaucoup été étudiée par les psychologues et les économistes, mais rarement dans la vie réelle – et jamais dans 40 pays à la fois, où une équipe de chercheurs a testé le civisme de milliers de personnes à qui étaient confiées un portefeuille « perdu ».

Les résultats, publiés jeudi dans Science, révèlent des différences flagrantes entre les pays, la Suisse et les nations scandinaves étant les plus honnêtes, tandis que Chine, Maroc, Pérou et Kazakhstan ferment le classement.

Mais un phénomène remarquablement similaire a été observé dans quasiment tous les pays : plus le montant dans le portefeuille augmentait, plus les gens contactaient son propriétaire. En moyenne, 40 % des portefeuilles sans argent ont été rendus, contre 51 % de ceux contenant de l’argent. La malhonnêteté n’augmente apparemment pas avec le montant du gain potentiel du vol, contredisant la vision d’un être humain purement motivé par l’intérêt matériel.

Pour l’équipe de chercheurs, des universités de Zurich, du Michigan et de l’Utah, ces travaux et des sondages complémentaires démontrent deux ressorts fondamentaux du comportement humain : l’altruisme, mais aussi le rôle moteur de l’image de soi et de la peur de se voir en voleur.

L’expérience, qui a coûté 600.000 dollars, est inédite par son ampleur. Plus de 17.000 portefeuilles identiques ont été déposés par des assistants de recherche aux comptoirs de diverses institutions (hôtels, banques, commissariats.), environ 400 fois par pays. Ils déclaraient à un employé avoir trouvé le portefeuille par terre et lui demandaient de s’en occuper, avant de filer.

Des portefeuilles sans clés moins rendus

Chaque portefeuille, en plastique transparent, contenait trois cartes de visite (avec adresse mail), une liste de course, une clé et soit aucun argent, soit l’équivalent en pouvoir d’achat et en monnaie locale de 13,45 dollars.

La proportion de portefeuilles rendus a dépassé 70 % en Norvège et en Suisse. En Chine moins de 10 % des employés l’ont fait pour un portefeuille vide, et plus de 20 % quand il y avait des yuans. Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Pologne, les chercheurs ont aussi fait l’expérience avec 94,15 dollars, dopant les retours à… 72 %. Preuve de l’altruisme, des portefeuilles déposés sans clé étaient moins rendus.

Valeurs culturelles et système politique

Les valeurs culturelles locales et le système politique semblent influer. Par exemple, plus les liens familiaux sont historiquement forts dans un pays, moins les portefeuilles étaient rendus – l’Italie apparaît moins civique que la France. C’est peut-être parce que les gens sont plus habitués à se préoccuper de leur petit groupe que d’inconnus, suppose Christian Zünd.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite