Thierry Neuville, constructeur de Cross Car: «Une discipline idéale pour les nouveaux Neuville» (vidéo)

@DR
@DR

De retour du rallye de Sardaigne, et avant de préparer le rallye d’Ypres qu’il enflammera la semaine prochaine au volant de sa Hyundai i20 WRC, Thierry Neuville a présenté les tout nouveaux ateliers de 2.000 m² qu’il vient de construire dans sa région natale de Saint-Vith.

C’est là, sous la bannière de sa société « LifeLive », et par l’entremise de son frère Yannick et de quelques amis d’enfance, que le quadruple vice-champion du monde des rallyes a lancé la production de « Cross Car ».

« Retour aux sources »

« J’ai moi-même fait mes premiers pas en sport automobile en auto-cross », explique Thierry Neuville. « En lançant la catégorie « Cross Car », la FIA a décidé de donner un cadre plus pro à cette discipline, et cela m’a donné l’envie de m’y investir en devenant constructeur de châssis pour cette nouvelle catégorie soutenue par le RACB, et qui se déroule dans le cadre du championnat de Belgique de rallycross. À terme, un championnat d’Europe de la spécialité devrait être organisé. »

Accessible dès l’âge de 13 ans

De construction assez simple, une « Cross Car » est dotée d’un ensemble moteur-boîte de moto de 600 ou 650cc. Son poids est de 350 kg, et sa puissance varie entre 60 et 75cv pour la catégorie Junior (13-18 ans) et le double pour les « Seniors ». D’une valeur de 25.000 euros, ce type de véhicule peut être loué, service compris, pour 1.500 euros par meeting environ.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite