Accueil Monde

Coup de massue sur les cigarettiers du Québec

La Cour supérieure du Québec a condamné le 1er juin trois fabricants de tabac québécois à une amende record de 15 milliards de dollars canadiens (10,8 milliards d’euros) à la suite de deux recours collectifs déposés il y a près de 20 ans. Au Québec, le tabac n’est plus dans le vent.

Temps de lecture: 3 min

Quel symbole ! La justice québécoise a passé à tabac les trois géants canadiens de la cigarette que sont Imperial Tobacco Canada, Rothmans Benson & Hedges et JTI-Mac Donald. Tous trois ont été condamnés par la cour supérieure de la Belle province à une amende record de 15 milliards de dollars canadiens (10,8 milliards d’euros). Du jamais vu, tant au Québec qu’au Canada. En 1998, un fumeur québécois, Jean-Yves Blais, décédé en 2012 d’un cancer du poumon, a entrepris un recours collectif de 27 milliards de dollars canadiens (19,5 milliards d’euros représentant 100.000 fumeurs, ex-fumeurs et victimes du cancer) contre les cigarettiers du Québec. Parallèlement à un autre recours collectif, celui de Cécilia Letourneau, représentant pour sa part 918.000 personnes dépendantes du tabac. Il aura fallu 17 années de procédure pour que le juge Brian Riordan accède aux demandes des victimes. « Au cours des quelque 50 années visées par les recours et pendant les 17 années de procédures qui ont suivi, les compagnies ont empoché des milliards de dollars aux dépens des poumons, des gorges et de la santé de leurs clients », a précisé le juge Riordan dans son jugement rapporté par Radio-Canada. Un jugement en forme de réquisitoire contre les trois cigarettiers et tout particulièrement contre Imperial Tobacco Canada, accusé par le magistrat d’être responsable en tant que « leader de l’industrie sur plusieurs fronts, incluant celui de cacher la vérité au public et de le tromper ». Les victimes du recours « Blais » obtiendront chacune des sommes variant de 24.000 à 100.000 dollars, alors que celles du recours « Cécilia Létourneau » devront chacune se contenter d’une somme symbolique de 130 dollars, qui ne sera d’ailleurs probablement pas versée.

Haro sur le tabac

Il a fallu des décennies pour que le nombre de fumeurs, de l’ordre de 45 % de la population dans les années 1960, s’écroule à 16 % en 2012. Aujourd’hui, la « maudite boucane », la maudite fumée comme disent les Québécois, est presque un mauvais souvenir dans le pays, notamment chez les jeunes. Au-delà des campagnes de prévention et de coercition, les autorités sanitaires et les associations ont réussi à convaincre la jeunesse que l’odeur de la fumée empestait les vêtements, les rendant moins attrayant. Surtout, les jeunes fumeurs, devenus minoritaires, ne sont plus perçus comme un modèle par les autres adolescents. Les autorités ont réussi à impliquer les écoles dès le primaire en leur expliquant que les compagnies de tabac font de gros profits, exploitent des enfants dans des pays pauvres. Rien ne va plus pour les cigarettiers. Le fumeur canadien est désormais un pestiféré. A Vancouver, paradis des bobos écolos, il est même interdit de fumer dans les parcs publics depuis quelques années. Les acteurs de la lutte contre le tabac ne veulent pas crier victoire face à une industrie toujours très active et inventive. Si les trois géants du tabac canadiens ont porté leur jugement en appel, ils devront néanmoins verser une première tranche d’un milliard de dollars à leurs victimes.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs