De nouvelles fresques monumentales vont bientôt voir le jour à Namur

De nouvelles fresques monumentales vont prochainement voir le jour à Namur.
De nouvelles fresques monumentales vont prochainement voir le jour à Namur. - Photo News

De nouvelles fresques monumentales vont prochainement voir le jour à Namur, a annoncé jeudi le service culturel de la capitale wallonne. L’artiste néerlandais Leon Keer réalise en ce moment une peinture en trompe-l’oeil sur la façade des Archives de l’Etat, boulevard Cauchy. Elle devrait être terminée jeudi prochain. Rue Namèche, derrière l’hôtel de ville, c’est Mona Caron, une artiste suisso-américaine mondialement réputée pour ses compositions florales géantes, qui se prépare à transformer le pignon d’une maison en une oeuvre d’art surréaliste dédiée aux fleurs « à la fois belles et rebelles ». Enfin, rue de Fer, c’est l’illustrateur et muraliste liégeois Johnny Boy qui a apporté « une touche colorée et cocasse » à l’entrée de l’hôtel de ville.

Une quinzaine de peintures rythment déjà le parcours d’art urbain de la ville. A celles-ci, s’ajoutent les quarante peintures éphémères créées en mai dernier au parking des Casernes et au Parc Léopold lors du Graffitti Festival Pshitt.

Renforcer le dynamisme de la ville

Quatre autres fresques urbaines seront réalisées au cours de l’été à Namur, Jambes et Salzinnes. Ces réalisations sont le résultat de la politique culturelle menée dans le cadre de Namur Confluent Culture. L’objectif de ce programme est d’intégrer l’art dans l’espace public pour le rendre accessible au plus grand nombre. Il s’agit aussi d’une manière de renforcer le dynamisme et l’attractivité du coeur de ville.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite