Trump a autorisé des frappes en Iran avant de se rétracter: des sites militaires étaient visés

Trump a autorisé des frappes en Iran avant de se rétracter: des sites militaires étaient visés

Le président américain Donald Trump aurait donné le feu vert jeudi à des attaques aériennes de l’armée US contre l’Iran, en représailles après l’abattage d’un drone américain, mais aurait fait marche arrière au dernier moment, écrit le New York Times. Selon une source de l’administration américaine, l’opération devait viser différentes cibles, comme des batteries de missiles, juste avant le lever du soleil de manière à minimiser le risque de victimes.

L’opération avait déjà commencé, avec des avions ayant décollé et des navires étant positionnés, quand le message a été donné d’arrêter l’action, selon le New York Times. Les raisons de ce revirement-stratégiques ou logistiques- ne sont cependant pas connues, ou s’il est possible que l’opération soit menée à un autre moment.

La Maison Blanche et le Pentagone ont refusé de commenter l’information divulguée par le New York Times.

Jeudi, Washington et Téhéran se sont livré une guerre de communication sur la localisation exacte, au moment de la frappe, du drone de l’US Navy abattu par les forces iraniennes. La diplomatie iranienne reproche à Washington d’avoir violé l’espace aérien iranien, et prétend avoir abattu le drone sur son territoire. Selon le commandement central des forces américaines, le drone a été abattu au-dessus du détroit d’Ormuz et n’a jamais pénétré l’espace iranien.

>Tensions dans le Golfe : l’Iran assure avoir des « preuves irréfutables » d’une violation américaine

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191116-3X8C8U 2019-11-14 04:03:00

    Dérapages indivuels ou violences d’Etat? La police française est sur le gril

  2. Le décollage de l’Airblors d’un des tests sans intervention humaine effectués à Toulouse.

    Airbus réussit à faire décoller un avion en pilotage automatique

  3. pavlopetri-rue

    Sous la mer Ionienne, Pavlopetri la Mycénienne est menacée par l’homme

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Il y a une vie en Wallonie après Nethys

    Depuis l’installation de son gouvernement en septembre dernier, la Wallonie vit au rythme du dossier Nethys et de ses satellites Moreau, Voo, Intégrale, Enodia… Ce n’est pas de sa faute : les révélations de la presse et le comportement ahurissant des acteurs du dossier ont chargé la barque du gouvernement et du parlement. Le job devait être fait, il l’a été.

    « Jamais et nulle part, je n’ai vu un dossier aussi important traité de manière aussi rapide », a dit au Soir le...

    Lire la suite