Un jeune homme décédé après avoir été percuté par un train à Aarschot: vraisemblablement une erreur humaine

Photo prétexte
Photo prétexte - Belga

L’accident mortel à un passage à niveau à Aarschot n’était pas dû à un dysfonctionnement du passage en question mais vraisemblablement à une faute d’un collaborateur d’Infrabel, indique vendredi le gestionnaire du réseau ferroviaire.

« Pour expliquer ce drame, la piste privilégiée – qui devra être confirmée ultérieurement par les enquêteurs – est celle d’une erreur humaine. Une erreur pourrait avoir été commise par un collaborateur d’Infrabel chargé d’assurer la supervision du trafic ferroviaire lors d’une procédure spécifique, à savoir la gestion d’un incident lié à un train de marchandises en panne, qui était en cours lors de l’accident », explique Infrabel dans un communiqué.

Des procédures de sécurité spécifiques existent, y compris dans le contexte particulier dans lequel l’accident de Langdorp s’est produit. Ces procédures vont faire l’objet d’une évaluation à la lumière des conclusions définitives de l’enquête, ajoute Infrabel.

« Ce drame touche tout d’abord les victimes directes de l’accident mais il est aussi très douloureux pour les membres du personnel qui l’ont vécu et dont la mission première est d’assurer une exploitation sûre du réseau », ajoute Infrabel. Les collaborateurs d’Infrabel qui le souhaitent peuvent bénéficier d’un soutien.

Jeudi, vers 22h30, une voiture a été percutée par un train de marchandises sur le passage à niveau de la Winterstraat à Aarschot. Le véhicule a été traîné sur plus de cent mètres. Le conducteur, originaire de la commune flamande, a perdu la vie. Ses deux passagers, une fille de 18 ans et un homme de 21 ans, ont été légèrement blessés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • En principe, les traces d’Armstrong et Aldrin sont toujours là, sauf si une météorite est tombée à proximité... © Reuters.

    Par Marie Terol (st.)

    Société

    Des fake news détricotées au clair de Lune

  • Les campings modestes, tels que popularisés par Franck Dubosc dans les films «
Camping«
, représentent moins de 25
% de l’offre globale, contre 60
% il y a seulement quelques années.

    Par Anaïs Ginori («La Repubblica»)

    Lena

    La France perd ses campings populaires

  • 70
% des brevets délivrés par l’ESA servent au secteur des télécommunications. © D.R.

    Par Eva Mbengue (st.)

    Société

    Quand les découvertes spatiales profitent aux entreprises

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite