Accueil

Elections 2019: pourquoi personne ne veut s’allier au MR

La question est un brin provocante, voire réductrice. Reste que pour l’heure, les libéraux sont rejetés par leurs partenaires francophones potentiels. Voyons pourquoi, au-delà des évidences.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 5 min

Bien sûr, il y a les réelles divergences programmatiques entre PS et MR. Mais celles-ci ne les ont pas empêchés de gouverner ensemble durant quinze des vingt dernières années au fédéral, et entre 1999 et 2004 en Wallonie. MR et Ecolo se sont aussi déjà retrouvés dans le même exécutif fédéral ou régional.

Bien sûr, le CDH refuse de s’allier à quiconque. Et PTB et MR sont incompatibles.

Mais pourquoi diable personne ne veut-il s’allier au MR du côté francophone en cet été 2019 ? Et ce, malgré la réalité mathématique : sans les libéraux, faute de CDH et de PTB qui ont choisi l’opposition, pas de majorité possible en Wallonie. Jusqu’à envisager dès lors un instable gouvernement minoritaire.

Réponses en cinq points avec trois politologues.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Gillard Patrick, lundi 24 juin 2019, 14:26

    Arrogance, brutalité sociale et mensonge en continu comme érigés en mode de fonctionnement: ce ne sont pas les qualités les plus demandées à un parti….. Sans oublier qu'ils ont pendant 4 ans pactisé avec le diable

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 22 juin 2019, 14:37

    Le point 4 "Le frein humain" me semble être plus important qu'indiqué. Le conflit interne au MR, qui a vu le clan Reynders renversé par le clan Michel, a fait de plus grands dégats qu'on ne le pense. Il a eu pour conséquence de jeter dehors du MR le FDF devenu DéFI. Même s'il ne fait que 2 sièges au Fédéral, sa perte a été catastrophique pour le MR à Bruxelles. Hors ce départ est aussi dû à l'attitude des Micheliens. Aussi, Reynders, et d'autres de son clan, entretenaient des liens actifs avec certains au PS, qui leur ont permis de gouverner ensemble plusieurs fois, sans trop de problèmes. Avec l'arrivée de Charles Michel, dont la personalité arrogante, la jeunesse et l'image de "fils de" n'arrange rien, beaucoup de ces liens se sont rompus. Reynders, toujours ulcéré d'avoir été ainsi écarté - lui, l'héritier et fils spirituel de Jean Gol - a plus que certainement rompu les liens qu'ils entretenaient au PS. Il y a aussi sa sortie (parfaitement justifiée par ailleurs) qu'on n'a certainement pas oublié au Boulevard de l'Empereur : "Il y a au PS des personnalités infréquentables", qu'EDR a prise personnellement et généralisé à tout le PS. Un Reynders qui n'a pas oublié qu'on la privé d'Europe pour que Michel puisse avoir le 16 en 2014. Il y a aussi, évidemment, les 541 jours qui ont laissé une trace pénible dans le coeur de beaucoup dans les 2 partis. En effet, le MR n'oublie pas qu'il avait été écarté des négociations pendant une très longue période par le PS. Ça a laissé des traces au MR, mais aussi au PS, humilié d'avoir finalement dû apeler le MR pour sortir du trou. Et rebelotte en 2015, mais dans l'autre sens. Cette fois c'est le MR qui écarte le PS et non seulement l'écarte mais forme la suédoise tout seul, reportant le PS dans l'opposition au fédéral. Re-humiliation pour le PS et surtout EDR! Petite vengeance pour le PS: les coallitions aux régions écartent le MR. Mais patatra! Le CDh vire le PS et le remplace par le MR à la région wallonne. Qu'on ne me dise pas que tout cela ne laisse pas de trâces dans le coeur des hommes et des femmes de ces 2 partis. Et tout cela ressort bien du lien humain, qu'on néglige trop, il me semble.

  • Posté par Debrabander Jean, samedi 22 juin 2019, 7:42

    Le CDH avait commencé la précédente législature en gouvernant avec le PS; il ensuite retiré la prise pour gouverner avec le MR. Il a pris, lui aussi une claque phénoménale le 26 mai. Même si le Président promet une refondation du parti, je ne serai pas étonné si quelques jeunes loups/ves rejoignent l'attelage PS/Ecolo. C'est peut-être le calcul des coquelicots.

  • Posté par Dechamps Pascal , lundi 24 juin 2019, 22:25

    Les jeunes pousses CdH ne sont pas capables de rejoindre autre chose que "moins en bleu".

  • Posté par Guissard Jean-pierre, vendredi 21 juin 2019, 22:09

    Au sein de nos universités nous disposons d'éminents politologues. Ces derniers s'expriment selon leur "partijdiigheid ". Ce droit, garanti par notre Constitution, a habilement été utilisé, par le président de la séance de validation et de prestation de serment. Mais la politique actuelle respecte peu le citoyen …. ,

Plus de commentaires

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs