Sascha Zverev élogieux au sujet de David Goffin: «Il a joué un match incroyable»

@News
@News

Alexander Zverev (ATP 5) était évidemment déçu après sa défaite 3-6, 6-1, 7-6 (7/3) en quart de finale du tournoi ATP 500 sur gazon de Halle, vendredi, contre David Goffin (ATP 33). L’Allemand, 22 ans, finaliste en 2016 et 2017, espérait remporter pour la première fois le titre devant son public, mais à la place il a quitté le tournoi dès les quarts de finale, et avec une blessure au genou droit contractée lundi.

« On peut toujours voir les choses négativement, mais on peut aussi prendre le positif », a-t-il expliqué après son élimination. « J’ai disputé trois excellents matchs ici. Ce match était vraiment d’un très haut niveau. Évidemment, je ne suis pas ravi d’avoir perdu. Après le gain du premier set, j’ai nettement moins bien servi et je n’ai plus été aussi bon dans les échanges. Contre un joueur comme lui, les choses peuvent alors vite tourner. Je ne suis pas à 100 % avec mon genou, mais je suis sûr que d’ici quelques jours, il n’y aura plus de problème. Je suis donc optimiste pour Wimbledon. »

Sascha Zverev a également tenu à rendre hommage à David Goffin, qui l’a surtout impressionné au niveau du retour de service.

« Il (NdlR : Goffin) a joué un match incroyable », a poursuivi le natif de Hambourg. « Bien sûr que j’ai cru que je pourrais gagner quand j’ai eu ce break d’avance dans le troisième set. Comme je l’ai dit, il a disputé un très bon match, il a incroyablement bien retourné. Pour cette raison, il a mérité de gagner aujourd’hui. C’est un excellent joueur, vous savez. Il a été N.7 mondial (entre le 20 novembre 2017 et le 5 mars 2018) et je ne sais pas pourquoi il est retombé. Je pense qu’il doit s’agir de l’un de ses meilleurs matchs qu’il ait livré cette année et dans ce cas, je peux très bien perdre 7-6 au troisième set. Ce n’est pas un problème. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite