Sascha Zverev élogieux au sujet de David Goffin: «Il a joué un match incroyable»

@News
@News

Alexander Zverev (ATP 5) était évidemment déçu après sa défaite 3-6, 6-1, 7-6 (7/3) en quart de finale du tournoi ATP 500 sur gazon de Halle, vendredi, contre David Goffin (ATP 33). L’Allemand, 22 ans, finaliste en 2016 et 2017, espérait remporter pour la première fois le titre devant son public, mais à la place il a quitté le tournoi dès les quarts de finale, et avec une blessure au genou droit contractée lundi.

« On peut toujours voir les choses négativement, mais on peut aussi prendre le positif », a-t-il expliqué après son élimination. « J’ai disputé trois excellents matchs ici. Ce match était vraiment d’un très haut niveau. Évidemment, je ne suis pas ravi d’avoir perdu. Après le gain du premier set, j’ai nettement moins bien servi et je n’ai plus été aussi bon dans les échanges. Contre un joueur comme lui, les choses peuvent alors vite tourner. Je ne suis pas à 100 % avec mon genou, mais je suis sûr que d’ici quelques jours, il n’y aura plus de problème. Je suis donc optimiste pour Wimbledon. »

Sascha Zverev a également tenu à rendre hommage à David Goffin, qui l’a surtout impressionné au niveau du retour de service.

« Il (NdlR : Goffin) a joué un match incroyable », a poursuivi le natif de Hambourg. « Bien sûr que j’ai cru que je pourrais gagner quand j’ai eu ce break d’avance dans le troisième set. Comme je l’ai dit, il a disputé un très bon match, il a incroyablement bien retourné. Pour cette raison, il a mérité de gagner aujourd’hui. C’est un excellent joueur, vous savez. Il a été N.7 mondial (entre le 20 novembre 2017 et le 5 mars 2018) et je ne sais pas pourquoi il est retombé. Je pense qu’il doit s’agir de l’un de ses meilleurs matchs qu’il ait livré cette année et dans ce cas, je peux très bien perdre 7-6 au troisième set. Ce n’est pas un problème. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Lors de sa dernière apparition en joueuse sur un court, en mai dernier lors du tournoi des légendes à Wimbledon.

    Par Eric Clovio

    ATP - WTA

    Tennis: le second «Kimback», dernier défi de Clijsters

  • Rafael Nadal est en avance d’environ trois ans sur les temps de passage de Roger Federer.

    Par Yves Simon

    Grands Chelems

    Rafael Nadal est parti pour égaler ou dépasser Roger Federer en 2020

  • Toujours touché au coude, Steve Darcis (35 ans) envisage le pire.

    Par Yves Simon

    Tennis

    Steve Darcis: «Je n’ai pas peur de la retraite...»

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite