Euro de basket: avec le duo Meesseman-Allemand, les Belgian Cats gagnent face à l’Italie en préparation

@Belga
@Belga

La Belgique s’est imposée de trois points 79 à 76 (mi-temps : 37-45) face à l’Italie vendredi à Wevelgem au terme du 8e de ses neuf matches de préparation en vue de l’Euro de basket féminin du 27 juin au 7 juillet. Les Belgian Cats s’étaient inclinées 60-49 contre les Italiennes, aussi présentes à l’Euro, lors du tournoi de Saragosse début juin.

Emma Meesseman a inscrit 29 points (plus 6 rebonds, 7 assists, 6 fautes provoquées). Julie Allemand a distillé 9 assists (8 points, 6 rebonds et 6 fautes provoquées). Le duo s’est trouvé les yeux fermés vendredi soir dans un duel qui s’est joué dans les derniers instants.

Si les Transalpines ont récupéré leur joueuse vedette Cecilia Zandalasini, 23 ans, championne WNBA avec Minnesota Lynx en 2017, Philip Mestdagh peut compter depuis le week-end dernier sur son trio phare Emma Meesseman-Julie Allemand-Kim Mestdagh. Un cinq de base, avec Antonia Delaere (9 pts) et Kyara Linskens, efficace qui dominait les Italiennes pour pousser à 25-13 dans le premier quart temps.

La suite était moins avenante avec un relâchement en défense, des rotations et des essais. L’Italie en profitait avec Zandalasini (8 de ses 16 points en première période) et Giorgia Sottana (11 de ses 15 pts aussi) pour infliger un 5-26 partiel (+21) en moins de dix minutes. Sabrina Cinili rajoutera au total 17 points. La pause était sifflée à 37-45 après ce gros passage à vide.

Ce fut nettement meilleur à la reprise avec ce duo Meesseman (15 pts dans le 3e quart)- Allemand (5 dans le 3e quart). Les Belgian Cats inscrivaient ainsi trente points en dix minutes pour repasser devant à 67-64 à la demi-heure. Le dernier quart voyait les deux formations au coude à coude et le money-time sous l’impulsion, comme le week-end dernier de la meneuse belge permettait à la Belgique de l’emporter sur deux derniers lancers de Kim Mestdagh (9 points).

Samedi à Courtrai (17h00), une dernière répétition générale sera opérée, toujours face à l’Italie, avant le départ pour la Serbie lundi. Les Belges ont pour l’heure enregistré quatre victoires, pour quatre défaites.

La Belgique figure dans le groupe D à l’Euro avec la Russie (qu’elle rencontre le 27 juin, 17h45), la Biélorussie (28 juin 17h45) et la Serbie (30 juin, 20h30), pays organisateur. La poule des Belges est située à Zrenjanin, à 80 km au nord de Belgrade.

Une place parmi les six premiers offre un ticket pour les tournois de qualification olympique pour Tokyo 2020.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite