Nafissatou Thiam grimpe à 2,02 m et bat le record du monde du saut en hauteur dans un heptathlon (vidéo)

©Belga
©Belga

Nafissatou Thiam ne savait pas trop à quoi s’attendre en débarquant à Talence. Aujourd’hui, elle sait ! La championne olympique, du monde et d’Europe est en train de réussir un heptathlon extraordinaire dans la banlieue de Bordeaux où, après trois épreuves sur sept, elle occupe largement la tête avec 3.204 points. Un total largement supérieur à celui qui était le sien au même moment lors de l’établissement de son record personnel, en 2017, à Götzis, où elle avait terminé avec 7.013 pts, se hissant au troisième rang de la hiérarchie mondiale de la discipline derrière l’Américaine Jackie Joyner-Kersee (7.291 pts) et la Suédoise Carolina Klüft (7.032 pts)

À ce stade de la compétition, après avoir amélioré son record personnel (en plein air) au poids en réussissant un jet à 15,41 m et surtout fait beaucoup mieux que les 14,51 m lors de son record de Götzis, Thiam possède, en effet, 91 points d’avance sur son meilleur total. Comme elle n’en comptait que 19 de retard sur le record d’Europe de Klüft, il n’est pas présomptueux de dire que la Belge est peut-être également en train de virtuellement s’emparer de celui-ci !

Sa victoire au poids est survenue peu de temps après « le » gros exploit de sa journée et celle du Décastar, celui qui l’a vue franchir 2,02 m en hauteur (vidéo). Comme dans un véritable rêve, la Namuroise, qui n’a entamé son concours qu’à 1,84 m alors que toutes ses rivales, sauf une, avaient déjà été éliminées, a aligné les barres comme les perles.

Toujours à son premier essai, elle a ainsi réussi en l’espace d’une vingtaine de minutes à passer successivement 1,84 m, 1,87 m, 1,90 m, 1,93 m, 1,96 m et 1,99 m avant de monter à 2,02 m, soit un centimètre plus haut que son précédent record personnel établi l’an dernier à Götzis, ce qui lui a également permis d’améliorer son propre record du monde dans le cadre d’un heptathlon. Un concours d’une incroyable limpidité, dans lequel elle était « dans la zone », et que ses trois derniers essais tentés et manqués à 2,05 m – ce qui lui aurait permis d’égaler le record de Belgique de Tia Hellebaut ! – n’ont évidemment pas gâché.

Il est à noter que dans cette discipline, seule la Russe Mariya Lasitskene, la championne du monde et d’Europe en titre de la spécialité, qui a franchi 2,06 m la semaine dernière à Ostrava, a été plus haut qu’elle cette saison. Et dire que la Namuroise s’était déchiré le mollet en janvier…

Cette incroyable performance avait été précédée d’un bon chrono de 13.49 (-0,8 m/s) sur 100 m haies lors de la première épreuve de la journée qu’elle n’avait jamais osé imaginer aussi belle !

Van der Plaetsen bien placé

Côté masculin, dans un décathlon mené par le Canadien Pierce Lepage avec 2.788 pts après le 100 m, la longueur et le poids et où le recordman du monde Kevin Mayer a choisi de ne pas disputer les deux dernières épreuves de la première journée – la hauteur et le 400 m – Thomas Van der Plaetsen occupe la 5e place avec un total de 2.414 pts, à 24 pts de son record personnel. Le Flandrien a réussi successivement 11.35 (+ 0,1 m/s) sur 100 m, 7,50 m en longueur et 13,45 m au poids. Benjamin Hougardy, le deuxième Belge de l’épreuve, est actuellement 9e avec 2.331 pts (11.13 sur 100 m, 7,12 m en longueur, 12,83 m au poids).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite