Charline Van Snick après son élimination d’entrée aux Jeux Européens: «Un sentiment d’incompréhension»

©Belga
©Belga

L’incompréhension et l’injustice étaient les deux sentiments qui habitaient Charline Van Snick après sa défaite au golden score dès son premier combat en catégorie des -52 kg à l’Euro de judo, disputé dans le cadre des Jeux Européens de Minsk, samedi en Biélorussie.

« Selon moi, je la marque deux fois. J’ai revu les actions et sur la deuxième, c’est assez percutant », a déclaré la Liégeoise après sa défaite pour trois pénalités contre l’Azerie Gultaj Mammadaliyeva (IJF 51) au terme de 7 : 06 de combat. « Je dois avouer que j’ai un sentiment d’incompréhension. Je pensais être plus à l’initiative du match qu’elle », a ajouté Van Snick, concédant toutefois avoir commis une erreur sur sa dernière attaque.

« Ils ont jugé que j’avais fait une fausse attaque. C’est vrai que je n’aurais pas dû la lancer, surtout que j’étais dominante au kumi-kata. J’aurais dû trouver la solution plus tôt ».

Après un régime compliqué, Charline Van Snick a expliqué manquer un peu de fraîcheur, d’impact et d’explosivité. « Je dois apprendre de mes erreurs et continuer à avancer. Les Mondiaux de Tokyo sont déjà dans deux mois (25-31 août, ndlr) et ça reste mon objectif principal cette saison. Il va falloir se remobiliser, aller de l’avant et continuer à avancer. Cette défaite doit servir de force, il faut l’utiliser pour continuer à progresser. Je sais quel est mon niveau et ce que j’ai montré aujourd’hui ne le reflète pas. »

Charline Van Snick, 28 ans, n’a plus remporté un combat dans un Euro depuis 2016 et son deuxième sacre continental.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite