La «querelle» conjugale de Boris Johnson sème le trouble dans la course à Downing Street

La «querelle» conjugale de Boris Johnson sème le trouble dans la course à Downing Street

Une «querelle» conjugale au domicile de Boris Johnson est venue semer le trouble dans la course à la succession de la Première ministre britannique Theresa May, dont il était jusque là le grandissime favori.

La police londonienne s’est rendue vendredi au domicile de l’ancien maire de Londres, connu pour ses gaffes et ses excès, après avoir reçu un appel faisant état d’une bruyante dispute conjugale.

Selon le Guardian, un voisin a appelé la police dans la nuit de jeudi à vendredi en déclarant avoir entendu hurlements et claquements de porte au domicile de M. Johnson et de sa compagne Carrie Symonds dans le sud de Londres. Mme Symonds a été entendue criant: «Dégage» et «Sors de mon appartement», affirme le quotidien.

«Gros claquement»

Un porte-parole de la police londonienne a confirmé qu’un appel avait été passé par un voisin peu avant minuit et demi vendredi. «Le requérant était inquiet pour la sécurité d’une voisine», a-t-il expliqué. «La police s’est rendue sur place et a parlé à tous les occupants de l’adresse, qui se portaient tous bien. Les agents n’ont relevé aucune infraction ni source d’inquiétude, et il n’y avait aucune raison pour que la police agisse», a ajouté ce porte-parole.

Le voisin, qui a dit avoir enregistré l’altercation depuis son domicile, a raconté au Guardian qu’il avait frappé trois fois à la porte de Boris Johnson et de Carrie Symonds mais que personne n’avait répondu. Il a affirmé avoir entendu «deux cris très forts» et un «gros claquement» qui a fait trembler l’immeuble.

La «querelle» faisait la une des quotidiens samedi et certains politologues jugeaient qu’elle pourrait avoir un impact sur la campagne, même si les bookmakers continuent à miser sur «BoJo».

Enregistrement audio

«Tout va dépendre des prochaines 24 heures, et si l’enregistrement audio qui aurait été réalisé par un voisin inquiet sort», prédisait le Times.«Au minimum, cela va garantir que la course qui commençait à ressembler à une formalité pourrait en fait devenir quelque chose de plus conséquent», estimait le quotidien.

Chouchou des pro-Brexit, l’ancien chef de la diplomatie britannique, est opposé à l’actuel titulaire du poste, Jeremy Hunt, pour le leadership du Parti conservateur. Les membres du Parti désigneront d’ici fin juillet le vainqueur, qui deviendra automatiquement Premier ministre.

Le nom du vainqueur devrait être connu la semaine du 22 juillet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous