Christine Defraigne (MR): «Il faut réaffirmer le libéralisme progressiste du MR»

Christine Defraigne.
Christine Defraigne. - Belga

Le Mouvement réformateur doit saisir les cinq années qui viennent pour refonder son projet sur les bases du libéralisme progressiste, affirme samedi l’ex-présidente du Sénat, Christine Defraigne, dans « La Libre ».

« Il faut réaffirmer le libéralisme progressiste du MR. Nous sommes une frange de militants, de mandataires qui se parlent. Nous avons même peut-être atteint aujourd’hui une taille critique au MR », soutient l’échevine liégeoise.

Mme Defraigne constate que les partis traditionnels ont été « grandement secoués » par les élections. Elle qui gouverne à Liège en alliance avec le PS voit en outre son parti tenu par le PS à l’écart des négociations gouvernementales en Wallonie, à Bruxelles et à la Fédération.

« Qui sommes-nous ? Quelles sont les aventures dans lesquelles nous ne voulons plus être embarqués », questionne-t-elle en allusion à la coalition « suédoise », dont elle avait combattu le projet de visites domiciliaires jugé attentatoire aux droits fondamentaux.

Une refondation du parti

Mme Defraigne cite l’évolution sociologique dans les grandes villes, l’avenir des bassins industriels ou encore l’intelligence artificielle comme autant de préoccupations insuffisamment présentes au MR. La libérale souligne aussi la nécessité d’un encadrement de la liberté économique, l’importance de la répartition des richesses et les préoccupations environnementales. « Réaffirmer tout cela via un manifeste ou une charte des valeurs libérales est essentiel. Le futur président ou la future présidente du MR devra mener une refondation du parti », exhorte Mme Defraigne.

La présidence du parti est actuellement aux mains du Premier ministre démissionnaire Charles Michel, qui l’avait reprise en février dernier à Olivier Chastel avec pour mission de l’assumer jusqu’à l’issue du processus électoral et des négociations gouvernementales.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite