«Je suis un enfant du football belge», assure le nouveau président de l’Union belge Mehdi Bayat

«Je suis un enfant du football belge», assure le nouveau président de l’Union belge Mehdi Bayat
Belga image

Mehdi Bayat est en effet le net vainqueur par 15 voix contre 7, d’une élection où il a bénéficié des sept voix des amateurs francophones de l’ACFF (Association des Clubs Francophones de Football), dont le candidat, l’avocat de Herstal Philippe Godin, 53 ans, a retiré sa candidature avant le premier tour de scrutin.

Annoncée dans la presse samedi matin, la candidature tardive de Mehdi Bayat, administrateur-général et actionnaire du RSC Charleroi, a été confirmée par l’intéressé en séance, après concertation avec Philippe Godin.

« Le règlement autorisait une candidature de dernière minute », a expliqué après coup le 12e président de l’Union belge. « Je ne voulais en aucun cas jouer un jeu politique. Une élection est souvent un peu polluée par quelques tumultes autour, et il fallait donc à mes yeux que tout soit clarifié à l’avance… »

Bayat, de nationalité française mais d’origine iranienne – il est né à Téhéran – devient ainsi également le premier président étranger de l’URBSFA.

Mais il est pour ainsi dire né dans le football belge, où il se sent par conséquent aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau.

« Oui, je suis un enfant du football belge », a-t-il d’ailleurs lui même confirmé. « C’est même ce que j’ai dit au Comité exécutif lorsque je lui ai soumis ma candidature. Cela fait dix-sept ans que j’ai mis les pieds à Charleroi. J’y ai appris le métier sans brûler les étapes. Je n’ai sauté aucune marche. J’ai aussi pris mes responsabilités à la Ligue Pro, à l’Union belge et auprès de l’équipe nationale. Je me suis toujours bien entendu avec tout le monde. Mon sens de la diplomatie est connu… »

Le nouveau président a déjà les mains dans le cambouis, puisque la plus grosse fédération sportive du pays va profondément se réformer, et qu’il sera donc le guide de cette transformation.

« Oui, ce sera en effet ma première tâche », a confirmé Bayat. « Les nouveaux statuts ont été approuvés par l’assemblée générale de ce (samedi, ndlr) matin. C’est une nouvelle dynamique qui doit être mise en marche. Je ferai le maximum pour aider et soutenir le mieux possible le management et Peter Bossaert (le CEO, ndlr), qui va poursuivre son brillant travail. Je souhaite aussi une transparence aussi forte que possible entre les différentes ailes de la fédération. Aujourd’hui j’étais le candidat de la Pro League mais dès maintenant, je suis le président de tout le monde, à la tête d’un ensemble où je veux être au service des sections qui le composent… »

Mehdi Bayat a par ailleurs brièvement évoqué l’ombre de son frère Mogi, impliqué dans le « Footgate ».

« Je ne peux effectivement pas nier qu’on a les mêmes parents », a-t-il ainsi reconnu. « Je ne vais pas en dire davantage ou très peu, mais quand même ceci. Premièrement, inculpé ne veut pas dire coupable et deuxièmement, je suis une autre personne. Ce qui en démocratie, me vaut de ne pas être concerné, ni éclaboussé, par ce dossier. Je n’ai du reste jamais été entendu par les enquêteurs, et Charleroi non plus… »

Enfin le nouveau président a promis de faire l’effort d’apprendre le néerlandais.

« J’ai passé ma jeunesse en France mais maintenant je me sens Belge », a-t-il dit. « Je vais m’inscrire à un cours dès que j’en aurai le temps. Je pense que ce n’est pas une langue très difficile par rapport au persan (il rit, ndlr). Mais je tiens à rappeler dès à présent, que je me suis toujours parfaitement entendu avec tous mes collègues néerlandophones. Ils n’ont jamais considéré comme un problème que je leur parle en français. Mais c’est promis, je vais apprendre… »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Pairoj Piempongsant négocie la revente du club à un actionnaire anglais, dont l’identité reste pour le moment secrète.

    Par Sébastien Huzler

    Mouscron

    Mouscron: la reprise ne se fait pas dans l’urgence

  • PHOTONEWS_10836396-034

    Par Didier Schyns

    Standard

    Le Standard doit inscrire au moins 2 buts pour l’emporter

  • ©News

    Par François Laurent

    Anderlecht

    Anderlecht: Vlap peut se reposer sur ses buts, pas sur son niveau de jeu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite