Nafissatou Thiam après avoir battu un nouveau record mondial en saut en hauteur: «Je ne m’emballe pas»

Nafissatou Thiam après avoir battu un nouveau record mondial en saut en hauteur: «Je ne m’emballe pas»
Belga image

Nafissatou Thiam ne savait pas trop à quoi s’attendre en débarquant à Talence. Aujourd’hui, elle sait ! La championne olympique, du monde et d’Europe est en train de réussir un heptathlon extraordinaire dans la banlieue de Bordeaux où, après quatre épreuves sur sept, elle occupe largement la tête avec 4.133 points, un score à mi-journée qu’elle n’avait jamais atteint jusqu’ici puisque son meilleur, réussi l’an dernier à Götzis, n’était « que » de 4.112 pts.

À ce stade, elle possède également 77 points d’avance sur son record personnel battu, on s’en souvient, à Götzis, en 2017, où elle avait terminé avec 7.013 pts, se hissant au troisième rang de la hiérarchie mondiale de la discipline derrière l’Américaine Jackie Joyner-Kersee (7.291 pts) et la Suédoise Carolina Klüft (7.032 pts). De quoi laisser penser qu’elle est peut-être en train de virtuellement s’emparer du record d’Europe de cette dernière !

« Je ne m’emballe pas », a-t-elle toutefois indiqué. « On verra bien ce qui arrive, mais je n’ai pas de record en tête. L’an dernier, à Götzis, j’avais également pas mal de points d’avance sur le record d’Europe et je ne l’ai pas battu. On attend toujours de moi que je fasse quelque chose d’exceptionnel, mais je vais entamer ma journée de dimanche comme celle d’aujourd’hui, sans me mettre la pression et on verra bien ce qui arrivera. Comme je l’ai dit, je ne m’attendais à rien, mais cela a été une très bonne journée. J’avais vu à l’entraînement que je pouvais faire des bonnes choses, mais il fallait encore y arriver. C’est une très belle surprise et ça met en confiance. Mais là, je suis très fatiguée et j’ai envie de vite rentrer à l’hôtel et de voir le kiné, parce que j’en ai besoin ! J’ai senti qu’au niveau batteries, ça descendait rapidement. Je pense que le manque de charge lourde de travail fait que j’ai un peu plus de mal à supporter l’enchaînement des épreuves. Mais je suis ici pour remédier à ça. »

Dommage, simplement, que sa série du 200 m, qu’elle a remportée en 24.55, se soit disputée avec un gros vent défavorable de 2,4 m/s. Sans cela, elle naviguerait sans doute sur des flots bien plus élevés.

« Dommage, effectivement, parce que j’étais super bien jusqu’à la fin et que la présence de (l’Estonienne) Sadeiko m’a poussée jusqu’au bout. J’en ai un peu marre d’avoir du vent contraire chaque fois que je cours ! Mais bon, je me dis que dans des conditions pareilles, c’est un très bon temps. »

Une hauteur comme dans un rêve

Si elle a battu son record personnel (en plein air) au poids avec un jet à 15,41, le gros exploit de sa journée et celle du Décastar, s’est produit à la hauteur, où elle a franchi 2,02 m. Comme dans un véritable rêve, la Namuroise, qui n’avait entamé son concours qu’à 1,84 m alors que toutes ses rivales, sauf une, avaient déjà été éliminées, a aligné les barres comme les perles.

Toujours à son premier essai, toute seule dans le concours dès 1,87 m, elle a ainsi réussi en l’espace d’une vingtaine de minutes à passer successivement 1,84 m, 1,87 m, 1,90 m, 1,93 m, 1,96 m et 1,99 m avant de monter à 2,02 m, soit un centimètre plus haut que son précédent record personnel établi l’an dernier à Götzis, ce qui lui a également permis d’améliorer son propre record du monde dans le cadre d’un heptathlon. Un concours d’une incroyable limpidité, dans lequel elle était « dans la zone », et que ses trois derniers essais tentés et manqués à 2,05 m – ce qui lui aurait permis d’égaler le record de Belgique de Tia Hellebaut ! – n’ont évidemment pas gâché.

« C’était le concours parfait », dit encore Thiam. « En passant tout au premier essai, je ne me suis pas trop fatiguée. Je n’ai même pas dû faire de réglages. J’étais bien, l’ambiance était bonne et m’a motivée. J’étais dans un bon « mood » et tout s’est bien enchaîné. »

« C’est exceptionnel de réussir 2,02 m avec 2 minutes entre les sauts ! », a, de son côté, insisté Roger Lespagnard, son entraîneur. « C’était d’une incroyable efficacité. Son premier saut à 2,05 m n’était pas mauvais, mais elle était vidée et il fallait faire attention. Avoir 77 points d’avance sur son record à mi-parcours, c’est pas mal ! On peut doucement penser au record d’Europe avec les performances qu’elle a déjà réussies, mais attention, la longueur (NDLR : la première épreuve de la deuxième journée), ce n’est que trois essais ! Mais il faut dire la vérité : elle ne pouvait pas mieux partir qu’aujourd’hui ! Je suis très, très content de ce qu’elle a fait. »

Il est à noter qu’en hauteur, seule la Russe Mariya Lasitskene, la championne du monde et d’Europe en titre de la spécialité, qui a franchi 2,06 m la semaine dernière à Ostrava, a été plus haut qu’elle cette saison. Et dire que la Namuroise s’était déchiré le mollet en janvier…

Cette incroyable performance avait été précédée d’un bon chrono de 13.49 (-0,8 m/s) sur 100 m haies lors de la première épreuve de la journée qu’elle n’avait jamais osé imaginer aussi belle !

Van der Plaetsen et Hougardy bien placés

Côté masculin, dans un décathlon mené par le Canadien Pierce Lepage avec 4.558 pts et où le recordman du monde Kevin Mayer a choisi de ne pas disputer les deux dernières épreuves de la première journée – la hauteur et le 400 m – Thomas Van der Plaetsen occupe la 3e place avec un total de 4.071 pts, à 154 pts de son record personnel. Le Flandrien a réussi successivement 11.35 (+ 0,1 m/s) sur 100 m, 7,50 m en longueur, 13,45 m au poids, 2,04 m en hauteur et 49.95 sur 400 m. Benjamin Hougardy, le deuxième Belge de l’épreuve, est, lui, 4e avec 4.054 pts, ce qui constitue une très belle surprise (11.13 sur 100 m, 7,12 m en longueur, 12,83 m au poids, 2,07 m en hauteur, 49.14 sur 400 m).

Le classement après la première journée

Décathlon : 1. Lepage (Can) 4.558 pts ; 2. Ziemek (USA) 4.305 ; 3. Van der Plaetsen 4.071 ; 4. Hougardy 4.054 ; 5. Zhuk (Blr) 4.015 ; etc.

Heptathlon : 1. Thiam 4.133 pts ; 2. Ahouanwanou (Bén) 3.834 ; 3. Ikauniece (Let) 3.792 ; 4. Kriszan (Hon) 3.782 ; 5. Ndama (Fra) 3.770 ; etc.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Trump et la diplomatie du «deux poids deux mesures»

    Trump, s.v.p., sauvez Hong Kong », clament les protestataires de « la perle de l’Orient ». «Nous sommes derrière vous à 100%», déclare le vice-président américain Mike Pence au leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido. Pour ceux qui combattent des régimes autoritaires, la tentation d’accepter de l’aide « d’où qu’elle vienne » est inévitable, mais le pari est risqué, car l’appui d’une puissance controversée, comme aujourd’hui l’Amérique de Donald Trump, peut compromettre ou contredire les valeurs de liberté et de patriotisme dont ils se réclament.

    Dans les pays qui ont été marqués par les ingérences étrangères, il ne faut jamais sous-estimer la force du ressentiment nationaliste, qui offre à leurs dirigeants un moyen de discréditer...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite