Mondial 2019: l’Allemagne, impériale, décroche le premier billet pour les quarts de finale

Mondial 2019: l’Allemagne, impériale, décroche le premier billet pour les quarts de finale
PhotoNews

Au prochain tour, les doubles championnes du monde (2003, 2007) et championnes olympiques (2016) joueront contre le vainqueur du match Suède-Canada qui s’affrontent lundi (21H00).

Les joueuses de Martina Voss-Tecklenburg, plus techniques malgré l’absence de leur maîtresse à jouer, Dzenifer Maroszan, blessée au pied droit et de nouveau ménagée, ont contourné le défi physique proposé par les Nigérianes en développant un jeu en mouvement qui a fait mouche à trois reprises.

Le Nigeria, 38e nation mondiale, a d’abord encaissé les coups et tenté de faire déjouer l’Allemagne en évoluant très bas, misant sur quelques contres pour créer le danger.

Mais les championnes d’Afrique ont rapidement cédé sur deux coups de pieds arrêtés successifs après un début de partie qui avait pourtant vu Francisca Ordega inquiéter Almuth Schult d’un tir vicieux en pivot (2e).

Sans attendre que l’étau ne se desserre, l’Allemagne a ouvert la marque après vingt minutes de jeu par sa capitaine Alexandra Popp, qui a repris de la tête un corner tiré au point de penalty par Lina Magull (20e).

Le Nigeria a été sanctionné dans la foulée d’un penalty transformé par Sara Däbritz après une frappe manquée d’Evelyn Nwabuoku, dont la semelle a heurté involontairement le genou d’une joueuse allemande en pleine surface (22e).

Le troisième but allemand est venu doucher les derniers espoirs nigérians à dix minutes du coup de sifflet final. Lea Schüller a ajusté Chiamaka Nnadozie d’une frappe croisée après une passe en retrait interceptée (82e).

Avec neuf buts marqués et aucun encaissé, l’Allemagne lève, après ce succès plein de maîtrise, les doutes qui pesaient en début de Mondial, après ses deux victoires étriquées contre la Chine (1-0) et l’Espagne (1-0), et rappelle qu’elle fait bien partie des favoris de la compétition.

Faut-il voir un signe ? En 2007, pour la conquête de son second titre mondial, les Allemandes n’avaient concédé aucun but au cours du tournoi.

Les coéquipières d’Alexandra Popp, qui fêtait sa centième sélection avec la « Mannschaft », bénéficient d’une partie de tableau plutôt favorable : si elles poursuivent leur route, elles ne rencontreront aucune nation du top 4 mondial avant la finale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe GAFA

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite