David Goffin défait par Roger Federer en finale à Halle: «Ce gars est plutôt bon…»

AFP
AFP

L’ex-numéro un mondial, actuel troisième à l’ATP, a défait en finale le Belge David Goffin (33e), âgé de 28 ans, sur le score de 7-6 (7-2), 6-1.

« Je n’avais jamais gagné dix titres du même tournoi dans ma vie. Ca restera pour l’éternité dans ma mémoire que c’est ici, à Halle, que je l’ai fait », a lancé Federer lors de la cérémonie de remise des trophées.

Avec cette victoire, le Suisse porte son total de victoires à 102 sur le circuit professionnel, à sept unités du record absolu de Jimmy Connors.

Federer a bénéficié cette année d’un tableau dégagé, avec l’élimination prématurée des autres têtes de série, dont le jeune Allemand de 22 ans Alexander Zverev, battu par Goffin en quart de finale.

Le Belge le savait avant la finale bien sûr, mais il n’a rien pu faire : contre Federer, toute faiblesse est irrémédiablement punie.

Le natif de Liège a laissé passer une première chance dans le cinquième jeu de la première manche, lorsqu’il a mené 0-40 sur le service de Federer. Mais Federer a effacé les trois balles de break et remporté le jeu.

38 ans en août

Ensuite, aucun des deux n’a plus rien cédé au service, et Federer a dominé le tie-break 7-2.

« Je crois que j’ai très bien commencé », a commenté Goffin, « il y avait beaucoup d’intensité dans le premier set. J’ai eu des opportunités, mais contre Roger, il faut les saisir. Ce gars est plutôt bon… »

Il a flanché dans le premier jeu de la deuxième manche, lorsqu’il a concédé son service sur une double faute. De dépit, il en a jeté sa raquette au sol. Puis sa mécanique s’est déréglée.

Malgré des imprécisions et quelques fautes directes inhabituelles, Federer a pu dérouler, remportant quatre jeux consécutifs pour s’offrir le record de victoires à Halle, dix en treize finales disputées.

Il avait eu la partie moins facile en huitièmes et en quarts de finale, poussé au troisième set par Jo-Wilfried Tsonga puis Roberto Bautista Agut. En demi-finales, il avait en revanche écarté plus facilement le Français Pierre-Hugues Herbert.

Le Bâlois, qui fêtera en août ses 38 ans, semble invulnérable aux atteintes de l’âge, et visera en juillet une neuvième victoire à Wimbledon. Samedi, il a affirmé n’avoir aucun projet précis pour l’après-carrière, se contentant de planifier « les six mois ou l’année à venir », en donnant « la priorité » à sa famille.

« Très honnêtement, je n’en suis pas encore à faire des plans », a-t-il dit.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite