Accueil Culture Cinéma

Bouli Lanners au «Soir»: « Il n’y a qu’une chose à mettre en place : la décroissance »

Les organisateurs du Brussels International Film Festival (BRIFF) ont sollicité l’acteur-réalisateur belge pour une carte blanche « green planet ». Il a choisi six films pour tirer la sonnette d’alarme et favoriser le débat.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

Rendez-vous place de Brouckère, samedi début d’après-midi. Bouli Lanners est arrivé en train depuis son port d’attache liégeois pour venir débattre de l’avenir de notre planète dans le cadre du 2e Brussels International Film Festival. L’acteur-réalisateur belge milite activement contre le nucléaire, soutient la mobilisation des jeunes contre le réchauffement climatique, crie sa colère devant l’inertie des politiques sur les réseaux sociaux. Les organisateurs du BRIFF l’ont sollicité pour une carte blanche « green planet ». Bouli Lanners a choisi six films (animations, fictions, documentaires) sous forme de sonnette d’alarme. Nous l’avons rencontré juste avant la projection de Fukushima, le couvercle du soleil, un documentaire suivi d’une rencontre entre Bouli Lanners et Francis Leboutte (ingénieur civil et membre fondateur de l’association Fin du nucléaire) avec le public sur la problématique du nucléaire.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Leboutte Francis, mardi 25 juin 2019, 9:30

    Commentaires variés qui montrent généralement l'ignorance de ce qu'est le projet socio-politique de la décroissance. Remède possible : lire le dernier livre de Serge Latouche publié dans la collection « Que sais-je ? » cette annnée, « La décroissance ». Sur l’énergie et sur l’histoire de son utilisation par notre civilisation, lire l’ouvrage des historiens Bonneuil et Fressoz, « L'Événement Anthropocène . La Terre, l'histoire et nous ». De bonnes bases pour commencer un vrai débat.

  • Posté par Flips Lionel, lundi 24 juin 2019, 17:49

    Avec tout le respect que l'on doit à Bouli Lanners, il a du mal à sortir de son film et enchaîne en effet la succession de grosse connerie. si il pouvait se contenter du cinéma et éviter de donner un avis sur les énergies qu'il ne connait absolument pas se serait cool

  • Posté par Deckers Björn, lundi 24 juin 2019, 13:31

    @Naeije Robert, votre commentaire aucun sens. Aucune société n'a jamais été bâtie sur la décroissance. Aucune! Tout simplement parce que jusqu'il y a peu cela n'était simplement pas nécessaire. Ce n'est que depuis le XXième siècle que les évolutions technologiques ont permis à la fois une augmentation vertigineuse de la croissance démographique et l'existante de produits et mode vie et de consommation toujours plus nombreux et polluants. A ce stade, aucun système n'a essayé de manière systémique la décroissance. Et quoiqu'il en soit, de gré ou de force, il faudra bien y venir. Ce qui est devenu fou, ce ne sont pas les adeptes de la décroissance, mais les dingo qui continuent à penser qu'on peu vivre en perpétuelle croissance dans un univers fini. C'est simplement insensé. Thierry Godefroid, votre discours est deux fois ridicule. D'une part, Bouli Lanners fait déjà de nombreux efforts de décroissance (en faites vous autant avant de le critiquer?), d'autres part, le processus pour tous ceux qui s'y essayent est progressif. Nous sommes tous (vous compris) habitués à des mode de vie et de consommation largement excessifs, mais revenir sur cela n'est pas simple et il faut un temps pour adopter les codes de la transition vers une meilleur consommation (consommer moins et mieux). D'autres part, qualifier le cinéma d'idiotie est le signe du peu de cas que vous faites de la culture. Je n'en doute pas un instant, tous vos commentaires prouvent que rien ne vous inquiète plus que la culture. Avec la culture, les gens peuvent apprendre à se connaitre plutôt que se haïr. Avec la culture, on peut comprendre l'autre, accepter de changer de point de vue, réfléchir. Toutes choses qu'un obtus citoyens droitier refuse par principe.

  • Posté par Naeije Robert, lundi 24 juin 2019, 18:06

    Vous voulez un example de croissance négative et ses conséquences? Allez voir au Venezuela. Oui vraiment, allez-y et parlez aux gens qui y vivent (ce que j'ai fait en son temps). Vous verrez ce qu'est réellement une misère généralisée.

  • Posté par GODFROID Thierry, lundi 24 juin 2019, 15:03

    Comprtement typique d'un petit gauchiste dictatorial qui manipule. Je n'ai écrit nulle part que le cinéma était une idiotie. Les films de gauchistes comme Lanners sont seulement inutiles car ils confortent le citoyen dans la pensée unique de gauche en francophonie. Et on voit tous les jours à quoi cela nous mène, nous qui sommes aux tréfonds des classements mondiaux dans TOUS les domaines, entre autres au niveau éducation. D'autre part, critiquer la croissance et produire des films qui augmentent la consommation (entre autres de pop corn ...) est un peu antinomique. Vous n'avez aucune idée de ce que représente la culture, en témoigne votre orthographe catastrophique. Vous consommez seulement la culture socialiste qui rend l'Homme ... bête. La gauche (cfr Pravda) a toujours imposé sa "culture" qui n'en était aucunement une. Mais vous êtes absolument incapable de le comprendre ... Sur le fond, la décroissance est une idée qui aurait pu avoir un sens il y a 40 ans. Nous aurions dû diminuer notre niveau de vie pour permettre un développement harmonieux du Tiers-Monde. C'est trop tard car, mais vous êtes tellement nombriliste que vous refusez de le voir, le Tiers-Monde a désormais tous les leviers en main pour croître comme bon leur semble. Exemple : la consommation d'énergie fossile en Chine est en augmentation constante malgré les Accords de Paris. Et si vous croyez qu'ils vont attendre vos leçons de petit gaucho, vous divaguez ...

Plus de commentaires

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs