Accueil Monde

La «chasse aux sorcières» bat son plein contre les dignitaires déchus

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Depuis la démission d’Abdelaziz Bouteflika en avril dernier, l’armée algérienne multiplie les arrestations de personnalités liées à l’ancien régime. Il s’agit d’abord d’une première liste de douze hommes d’affaires puis, rapidement, le bruit court à Alger qu’il existe une autre liste non publiée où se trouvent des centaines de noms. Certains parviennent à fuir avant la confiscation de leurs passeports mais la plupart sont arrêtés, cloués au sol à l’aéroport d’Alger ou rattrapés in extremis à la frontière tunisienne.

Le tableau de chasse de l’armée est impressionnant. On y retrouve des noms que les Algériens n’osaient souvent même pas prononcer tant leur puissance politique ou financière était redoutée dont le frère du président Saïd Bouteflika et toute une série d’oligarques dont les frères Kouninef, les frères Tahkout, Ali Haddad ou Issam Rebrab… En juin, deux anciens premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia ont eux aussi rejoint les cellules de la prison d’El Harrach.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs