Coalition à Bruxelles : l’Open VLD boycotte les négociations

Rudi Vervoort (PS) et Guy Vanhengel (Open VLD)
Rudi Vervoort (PS) et Guy Vanhengel (Open VLD) - Olivier Polet

Tout semblait bien parti à Bruxelles, pour lancer des négociations avec un gouvernement détenant une majorité. Côté francophone, le PS, Défi et Ecolo devaient s’allier.

Et côté flamand, on comptait sur le SP.A, Groen et le VLD. Seulement voilà, un grain de sable vient stopper net l’engrenage, en tout cas pour l’instant. En bureau de parti les libéraux flamands ont décidé de ne pas participer aux négociations, qui devaient débuter ce lundi. Les négociateurs demandent un entretien avec les formateurs.

La motivation n’a pas été clairement expliquée à ce stade par les représentants du parti, mais tout indique qu’il s’agit de temporiser.

Le raisonnement ? D’abord et avant tout interne. Les libéraux flamands ne sont, pour l’heure, pas fixés sur leur sort en Flandre, Bart De Wever poursuivant ses consultations dans une grande discrétion. Ils le sont encore moins au niveau fédéral, où le parfum d’impasse domine. De quoi rendre les bleus du nord un brin nerveux, et très désireux de garder leur principal levier (Bruxelles) pour éventuellement se (faire) hisser dans d’autres gouvernements. Gwendolyn Rutten n’ignore pas que son parti est quasi-incontournable, côté néerlandophone dans la capitale, si les francophones veulent gouverner sans la N-VA – pour évincer l’Open VLD, il faudrait aller chercher le CD&V (un siège) et le PTB ou la liste citoyenne Agora (un élu chacun)… Peu crédible.

Les libéraux flamands tentent par ailleurs, avec ce coup de force ou de com’, c’est selon, de plaider la cause du MR.

Reste à présent à voir si les négociations vont débuter sans le VLD. Mais on parlera alors, au moins temporairement, de gouvernement minoritaire, comme en Flandre et en Wallonie.

Sur le même sujet
Région wallonne
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La saison 2 de Big Little Lies, sortie récemment, est notamment disponible sur l’IPTV.

    L’IPTV, le succès alarmant de la télévision pirate

  2. Un programme conjoint de l’ONU et de l’Organisation mondiale des douanes vient d’atteindre les 300 tonnes de cocaïne saisies depuis son lancement, il y a 15 ans.

    Un expert belge de l’ONU témoigne: «Moins de 2% des containers sont contrôlés contre la drogue»

  3. Philippe Clement, qui a accepté de relever le défi brugeois, préface la saison à venir.

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Pour le Roi, le peuple est souverain

    Il ne faut évidemment pas surestimer la portée d’un discours royal. L’exercice reste convenu, le style compassé et le message très encadré. Mais à l’occasion de la Fête nationale, tous les observateurs ont noté entre les lignes que le roi Philippe a adressé un message direct aux responsables politiques du pays qui doivent « faire la synthèse (des résultats électoraux) et s’accorder sur des solutions. » Le souverain insiste : « Les défis sont...

    Lire la suite