Tensions dans le Golfe: les sanctions visant l’Iran pourraient durer «des années», assure Donald Trump

Les tensions ne cessent de grimper entre les Etats-Unis et l’Iran.
Les tensions ne cessent de grimper entre les Etats-Unis et l’Iran. - AFP

Le président américain Donald Trump a signé lundi un décret imposant, selon lui, des sanctions «dures» visant le Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei. Selon M. Trump, ces nouvelles sanctions font suite à «une série de comportements agressifs de la part du régime iranien au cours des semaines écoulées, dont la destruction d’un drone américain».

«Nous continuerons à faire monter la pression sur Téhéran», a affirmé M. Trump depuis le Bureau ovale, assurant que les sanctions pourraient rester en place pendant «des années».

L’Iran menace les Etats-Unis de conséquences dévastatrices en cas d’attaque

«Les sanctions contenues dans ce décret empêcheront le Guide suprême, son équipe et d’autres qui lui sont étroitement liés d’avoir accès à des ressources financières essentielles», a précisé M. Trump.

«Les actifs de l’ayatollah Khamenei et de son équipe ne seront pas épargnés par les sanctions», a-t-il martelé.

Trump a autorisé des frappes en Iran avant de se rétracter: des sites militaires étaient visés

« Nous continuerons à faire monter la pression sur Téhéran », a affirmé M. Trump depuis le Bureau ovale, assurant que les sanctions pourraient rester en place pendant « des années ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. FILES-BRITAIN-ENTERTAINMENT-TERRY JONES

    Monty Python: Terry l’enchanteur a trouvé le sens de la vie

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite