Vague de chaleur: le seuil d’avertissement pour les concentrations d’ozone risque d’être dépassé mardi

L’Institut royal météorologique prévoit des maxima jusqu’à 35 degrés.
L’Institut royal météorologique prévoit des maxima jusqu’à 35 degrés. - Mathieu GOLINVAUX

Malgré les températures tropicales, le seuil d’avertissement pour les concentrations d’ozone n’a été dépassé nulle part lundi, selon les mesures disponibles sur le site de la Cellule interrégionale de l’environnement (Celine).

Vague de chaleur : la Belgique et l’Europe en alerte avant une probable canicule

La combinaison de la pollution de l’air et d’un temps chaud et ensoleillé a provoqué une augmentation des concentrations d’ozone dans l’après-midi. Toutefois, le seuil européen d’information (180 µg/m³) n’a pas été atteint.

La plus importante concentration par mètre cube a été mesurée à Berendrecht, au nord d’Anvers, vers 17h (149 µg/m³). Après ce pic, les valeurs ont cependant baissé peu à peu.

>>Nos prévisions météo région par région

Mardi, une journée à risque

Le risque de dépassement des valeurs limites augmentera mardi, prévoit Celine, alors que le mercure grimpera localement jusqu’à 34ºC, selon les prévisions de l’Institut royal météorologique.

Le seuil d’avertissement concerne principalement les personnes qui présentent des difficultés respiratoires, les seniors et les enfants. Le seuil d’alerte (240 µg/m³) vaut, quant à lui, pour toute la population.

Canicule : 11 conseils pour faire face aux fortes chaleurs

L’ozone se forme sous l’action du rayonnement solaire UV lors des chaudes journées et en présence d’importantes concentrations d’oxydes d’azote et de composés organiques volatils (aussi appelés précurseurs). Les principales sources de ces précurseurs sont le trafic routier, la combustion dans l’industrie et le secteur domestique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • En principe, les traces d’Armstrong et Aldrin sont toujours là, sauf si une météorite est tombée à proximité... © Reuters.

    Par Marie Terol (st.)

    Société

    Des fake news détricotées au clair de Lune

  • Les campings modestes, tels que popularisés par Franck Dubosc dans les films «
Camping«
, représentent moins de 25
% de l’offre globale, contre 60
% il y a seulement quelques années.

    Par Anaïs Ginori («La Repubblica»)

    Lena

    La France perd ses campings populaires

  • 70
% des brevets délivrés par l’ESA servent au secteur des télécommunications. © D.R.

    Par Eva Mbengue (st.)

    Société

    Quand les découvertes spatiales profitent aux entreprises

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite