Wayne Rooney et Zlatan Ibrahimovic dans la sélection All-Star de la MLS

©AFP
©AFP

Les anciens internationaux anglais Wayne Rooney et suédois Zlatan Ibrahimovic font partie de la sélection All-Star du Championnat nord-américain de football (MLS) qui affrontera l’Atlético Madrid lors du All Star Game le 31 juillet, a annoncé lundi la MLS.

Rooney (D.C. United) et Ibrahimovic (Los Angeles Galaxy) qui ont rejoint la MLS en 2018, ont été sélectionnés dans le onze-type défini par le vote du public. À noter également la présence d’Alejandro Pozuelo, qui a quitté Genk à la fin de la saison régulière pour rejoindre Toronto.

Quinze autres joueurs ont été sélectionnés lundi par l’entraîneur de cette équipe All-Star, James O’Connor qui dirige en temps normal l’équipe d’Orlando, et par le PDG de la MLS, Don Garber.

Le champion en titre, Atlanta, est l’équipe la mieux représentée dans cette liste de 26 joueurs avec cinq joueurs, devant le LAFC, leader de la conférence Ouest, qui en compte quatre. Pas moins de 14 nationalités sont représentées dans cette équipe All-Star.

Depuis 2005, le All Star Game oppose une équipe formée des meilleurs joueurs du Championnat à un grand nom du football européen, comme Manchester United en 2010 et 2011, le Real Madrid en 2017 ou le Bayern Munich en 2014.

L’Atlético succède à la Juventus Turin, victorieuse de ce match de gala en 2018 aux tirs au but (1-1, 5 tab à 3).

Les 26 joueurs de la sélection All-Star :

Gardiens de but : Andre Blake (Philadelphie), Brad Guzan (Atlanta), Nick Rimando (Real Salt Lake)

Défenseurs : Matt Hedges (Dallas), Kemar Lawrence (New York Red Bulls), Romain Métanire (Minnesota), Leandro González Pírez (Atlanta), Bastian Schweinsteiger (Chicago), Walker Zimmerman (Los Angeles FC), Graham Zusi (Sporting Kansas City)

Milieux de terrain : Ezequiel Barco (Atlanta), Diego Chara (Portland), Jonathan dos Santos (LA Galaxy), Mark-Anthony Kaye (Los Angeles FC), Nicolás Lodeiro (Seattle), Gonzalo Martínez (Atlanta), Maxi Moralez (New York City FC), Nani (Orlando), Paxton Pomykal (Dallas), Alejandro Pozuelo (Toronto), Diego Rossi (Los Angeles FC)

Attaquants :Zlatan Ibrahimovic (LA Galaxy), Josef Martínez (Atlanta), Wayne Rooney (D.C. United), Chris Wondolowski (San Jose), Carlos Vela (Los Angeles FC)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • SERAING, 03/08/2002
MATCH AMICAL STANDARD DE LIEGE - BORUSSIA MONCHENGLADBACH/VRIENDSCHAPPELIJKE WEDSTRIJD STANDARD LUIK - BORUSSIA MONCHENGLADBACH
MICHEL PREUD'HOMME & ROBERT WASEIGE
PICTURE BY NICO VEREECKEN
©PHOTO NEWS
<a href=http://www.photonews.be>www.photonews.be</a>

    Par Frédéric Larsimont

    Football belge

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

  • Par Yves Motte dit Fallize

    Football belge

    Robert Waseige en photos

    L’ancien sélectionneur national est décédé ce mercredi 17 juillet. Il a traversé 50 ans de football avec la même passion.

  • Le cœur de Robert Waseige a lâché, ce mercredi en milieu de matinée, au terme d’un âpre combat qui avait nécessité une hospitalisation prolongée.

    Par Christian Raspiller

    Football belge

    Robert Waseige, le mage de Rocourt, est décédé

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite