Un portrait sculpté de Toutânkhamon aux enchères

Ce portrait de Toutankhamon est mis en vente par Christie’s le 4 juillet prochain. Son estimation n’a pas été rendue publique.
Ce portrait de Toutankhamon est mis en vente par Christie’s le 4 juillet prochain. Son estimation n’a pas été rendue publique. - d.r.

Christie’s proposera à Londres le 4 juillet sa désormais traditionnelle vente d’objets d’art exceptionnels. Une vente dont la caractéristique est l’éclectisme et le raffinement des pièces cataloguées, qui pourraient presque toutes figurer dans un cabinet de curiosités idéal.

Rareté et provenance

Les lots mis en vente sont rares et cette rareté leur vaut cette mise en exergue. En effet, la veille de la vacation, une vente dévolue aux objets d’art de l’antiquité se tiendra également à Londres et le portrait de Toutânkhamon aurait pu y figurer. Mais l’intérêt universel que cette pièce devrait susciter fait qu’elle « transcende » le découpage classique des spécialités des maisons de ventes publiques. Une autre caractéristique de ces ventes, ce sont les provenances prestigieuses et souvent ancestrales des biens proposés. En ce qui concerne ce lot, l’amateur reste toutefois sur sa faim puisque l’on évoque, sans plus de certitude, que l’objet aurait appartenu au prince de Tour et Taxis et ce à partir de la décennie 1960 jusqu’au début de la décennie suivante. En outre, sa première publication ne date que de 1986 et sa première exposition publique ne date que de 1992, mais certes au prestigieux musée d’art égyptien de Berlin.

Jeunesse

Haute de 28,5 centimètres, la tête est décrite comme datant de l’époque du jeune roi, dont le court règne s’étend autour de 1333 à 1323 avant notre ère. Il est représenté sous les traits du dieu Amon et la pièce serait un fragment d’une sculpture plus importante où le monarque était représenté assis. Avant-dernier souverain de la 18e dynastie, Toutânkhamon était très vraisemblablement le fils d’un pharaon bien plus important, Akhenaton, qui révolutionna la société égyptienne, autant d’un point de vue religieux qu’artistique. Ce dernier eut pour épouse la célèbre Néfertiti ainsi que la plus discrète Kiya. L’on ne sait laquelle des deux enfanta Toutânkhamon, qui amorça un retour aux traditions telles qu’elles étaient avant l’avènement de son père. Sa mort subite à 18 ans l’empêcha d’y parvenir totalement et son successeur poursuivit sa tâche.

Attribution

L’on sait que cette volonté politique de restauration de l’ancienne société égyptienne passait par un programme de propagande. Le dieu Amon qui avait été écarté par son père devait reprendre la primauté et quoi de plus efficace que de multiplier son effigie, notamment sous les traits du pharaon… Quatre sculptures sont connues comme représentant indéniablement Toutânkhamon avec un visage presque enfantin, ce qui les date du début de son règne. L’on connaît également d’autres représentations du roi et c’est donc par comparaison que cette tête est considérée comme un portrait du plus célèbre des pharaons.

Célébrité

L’estimation de cette belle œuvre demeure confidentielle et Christie’s rêve sans doute d’un montant fabuleux. Cela étant, il faut garder à l’esprit qu’il existe bien d’autres portraits royaux de pharaons ayant marqué plus fondamentalement de leur empreinte l’histoire de l’Egypte. Si le tombeau de Toutânkhamon n’avait pas été découvert en 1922 par Howard Carter et le comte de Carnavon, seuls quelques érudits connaîtraient l’existence de ce roi. Il est vrai qu’il s’agit d’un événement archéologique majeur, qui passionna le monde entier et qui fut largement exploité par la littérature et le cinéma de manière plus ou moins romanesque. Les pharaons égyptiens intéressent autant les scientifiques que le grand public si l’on en croit le succès des expositions qui leur sont épisodiquement consacrées. La momie de l’un des autres pharaons les plus connus, Ramsès II, n’avait-elle pas eu droit à un accueil de chef d’Etat en 1974 lors de son arrivée à Paris ? À l’occasion, une carte d’identité lui avait été délivrée. Naissance : 1303 avant notre ère. Profession : roi (décédé)…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite