Accueil Belgique Politique

Hendrik Bogaert :«Ne laissons pas trop de terrain à la N-VA!»

Ex-secrétaire d’Etat, Hendrik Bogaert ne rejette pas, lui, l’idée d’une réforme de l’Etat en 2019. Mais il veut surtout pousser son parti, le CD&V, à changer de stratégie, à être moins centriste et plus affirmé dans ses positionnements, tant à gauche qu’à droite. Et sur tous les sujets, du communautaire à l’asile. Entretien.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 6 min

Il était secrétaire d’Etat à la Fonction publique dans le gouvernement Di Rupo. Mais son parti, le CD&V, ne l’avait pas retenu pour rejoindre l’équipe de la suédoise (confiant son seul secrétariat d’Etat à Pieter De Crem, à côté des ministres Peeters et Geens). Alors Hendrik Bogaert s’est plutôt retiré des affaires publiques (dans lesquelles il baigne depuis ses 19 ans), du moins s’est fait très discret (même s’il a notamment participé au parlement aux débats sur le tax shift), profitant de cette période de calme politique pour «  étudier et l ire beaucoup  » (il cite l’ouvrage du psychologue américain Daniel Kahneman sur le fonctionnement du cerveau, ou un professeur d’Oxford spécialiste du Tiers-Monde). «  Cela me donne plus de liberté aujourd’hui, d’avoir observé la politique et mon parti de l’extérieur pendant un an  », explique-t-il.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Marc Didier, vendredi 29 janvier 2016, 12:23

    après avoir déstructuré toute la fonction publique, il veut s'attaquer à la suite : le reste du pays pour transformer son parti en CDNVA

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs