Accueil Belgique Politique

La FGTB refuse l’augmentation du salaire minimum, jugée insuffisante

Le point avait déjà conduit au rejet de l’accord interprofessionnel (AIP) au début de cette année. Un groupe de travail planchait sur une hausse plus importante.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Alors que les politiques négocient à l’ombre, revoilà le social ! Ce mardi après-midi, une réunion en urgence du Conseil national du Travail (CNT) a été convoquée. A l’ordre du jour, l’adoption d’une convention collective de travail (CCT) prévoyant une hausse du salaire minimum de 1,1 % au 1er juillet. Et déposée par la CSC ! Un texte que la FGTB a refusé de signer, ce qui le prive dès lors de toute effectivité.

La décision du syndicat socialiste n’est pas une surprise. La hausse du salaire minimum est la pierre sur laquelle le dernier accord interprofessionnel (AIP) a achoppé. L’accord prévoyait une hausse de 1,1 % pour un salaire horaire actuellement inférieur à 10 euros de l’heure. L’augmentation représentait donc à peine 0,10 euro de l’heure, critiquait la FGTB. Soit 17,5 euros bruts par mois. Les différentes composantes de ce syndicat avaient alors dénoncé une hausse insuffisante, refusant dès lors de signer l’AIP.

Des lectures syndicales opposées

Depuis, la plupart des autres points repris dans l’AIP ont fait l’objet de conventions collectives signées par l’ensemble des interlocuteurs sociaux. Quant à la hausse du salaire minimum, elle avait été « encommissionnée » au sein d’un groupe de travail. « Le groupe de travail s’est réuni à plusieurs reprises dans un climat constructif et serein, signale le syndicat socialiste dans un communiqué. Il a été demandé à l’Office national de la sécurité sociale de calculer l’impact de différents scénarios envisagés. Malheureusement, le climat s’est brusquement réchauffé ! Les employeurs ne voulant pas s’engager pour le moment et exigeant même un nouveau cadeau fiscal permettant non pas de répondre aux attentes des travailleurs à bas salaire, mais s’apparentant à une énième réduction de cotisation sociale. »

La CSC, elle, présente une autre lecture de la situation : il était prévu, selon le syndicat chrétien, d’avaliser l’augmentation de 1,1 % dans le cadre de l’AIP puis de négocier une hausse plus substantielle au sein du groupe de travail. « La semaine dernière, la CSC a donc demandé aux interlocuteurs sociaux réunis au sein du CNT de signer aujourd’hui le projet de CCT afin que le salaire minimum augmente de 1,1 % dès le 1er juillet », explique-t-il dans un communiqué. Une situation qui équivaut à « négocier le couteau sur la gorge », estime pour sa part Robert Vertenueil.

Et le président de la FGTB de déplorer que ce qui est possible dans certains secteurs (la chimie ou les constructions métalliques) ne soit pas possible pour les 60.000 personnes payées au salaire minimum interprofessionnel. Avant un nouveau tour de table ? Les absences d’une CCT valide et d’un gouvernement de plein exercice (pouvant se substituer à un accord entre partenaires sociaux) le laissent supposer.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, mardi 25 juin 2019, 23:22

    L'augmentation du salaire minimum est une fausse bonne idée. Les études le montrent, elle s'accompagne d'une réduction proportionnelle de l'emploi des moins qualifiés, une augmentation de l'automatisation (voyez les "fast food") et l'augmentation des charges qui l'accompagne provoque une hausse des prix payée au bout du compte par le consommateur pas nécessairement le plus riche (les clients des "fast food"par exemple). En définitive, plus de chomage financé par les moins nantis et par les classes moyennes.

  • Posté par Didier Marc, mercredi 26 juin 2019, 11:00

    donc, logiquement, votre solution pour créer de l'emploi, serait de baisser les salaires? jusqu'ou? Et êtes vous certain qu'ensuite il y aura création de postes et diminution de l'automatisation? Je parie que vous n'êtes pas dans une situation de salaire minimum….

  • Posté par Lacroix André, mardi 25 juin 2019, 19:52

    La CSC ou l'art de faire des courbettes devant le patronat . Un syndicat au service des plus riches . Madame Ska n'est-elle pas honteuse d'accepter une augmentation de 0,10 € de l'heure , en sachant pertinemment que les employeurs considéreraient cet accord valable pour plusieurs années ? Avec de tels représentant.e.s les petites gens n'ont plus qu'à pleurer sur leur triste sort . .

  • Posté par Voet Ch., mardi 25 juin 2019, 18:39

    il faut mettre le patronat au ban des associations terroristes, ils n'en ont jamais assez et le monde du travail peut " crever " il faut mettre Timmermans hors d'état de nuire, pas physiquement mais contrer toutes ses initiatives, le séquestré dans son bureau avec de l'eau et du pain sec comme certains travailleurs ne peuvent se payer, mais dans le gouvernement toujours en place, il y a de gros responsables de cette situation, ils ont donnés sans aucune contre parti, voila les résultats ! ! !

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une